Abus sexuels en Centrafrique: une nouvelle enquête ouverte en France

Abus sexuels en Centrafrique: une nouvelle enquête ouverte en France

Publié le 05/04/2016 à 14:03 - Mise à jour à 14:08
©Marco Longari/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La justice française a ouvert une enquête préliminaire suite à de nouvelles accusations d'abus sexuels recueillies par l'ONU et qui auraient été commis par des soldats français de l'opération Sangaris en Centrafrique.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur de nouveaux soupçons d'abus sexuels évoqués par l'ONU la semaine dernière et visant des militaires français basés en Centrafrique, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Le parquet a reçu via le ministère de la Défense une dénonciation des Nations unies sur des soupçons d'exploitation et d'abus sexuels, de 2013 à 2015 à Dékoa (région de Kémo, est du pays), impliquant des militaires français. Selon la source, ce signalement ne donne pas de précision sur le nombre de victimes, leur âge, ou le nombre de militaires impliqués.

L'enquête, ouverte vendredi, est confiée à la gendarmerie prévôtale, chargée d'enquêter sur les crimes et délits commis par des militaires français lors d'opérations extérieures.

La semaine dernière, l'ONU a révélé avoir reçu de nouveaux soupçons, faisant état d'informations selon lesquelles des soldats français de Sangaris auraient forcé en 2014 des jeunes filles à avoir des rapports sexuels avec des animaux en échange d'une petite somme d'argent.Des responsables de l'Onu ont pu interroger 108 victimes présumées d'abus sexuels, en "grande majorité" des mineures, a indiqué la semaine dernière Stéphane Dujarric, le porte-parole de l'Onu.

Outre la France, la centaine d'allégations concerne les contingents burundais et gabonais de la mission de l'Onu en Centrafrique (Minusca), présents dans la région de Kémo, entre 2013 et 2015.

Selon un rapport de l'ONG AIDS-Free World, trois jeunes filles ont affirmé à un officier des Nations unies qu'en 2014, elles avaient été déshabillées et attachées par un militaire de Sangaris à l'intérieur d'un camp et auraient été forcées d'avoir des relations sexuelles avec un chien. Chacune a ensuite reçu de l'argent, selon l'ONG. Ces faits "n'ont pas été confirmés", selon le porte-parole de l'Onu.

En France, une information judiciaire confiée à un juge d'instruction et une enquête préliminaire du parquet de Paris sont déjà en cours sur plusieurs accusations de viols portées par des mineurs centrafricains contre des soldats de la force française Sangaris. Cinq soldats de Sangaris ont été entendus dans le cadre de l'instruction sans être mis en examen.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une information judiciaire et une enquête préliminaire du parquet de Paris sont déjà en cours sur plusieurs accusations de viols contre des soldats français.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-