Accident industriel en Lorraine: une filiale de Total condamnée à 200.000 euros d'amende

Accident industriel en Lorraine: une filiale de Total condamnée à 200.000 euros d'amende

Publié le 13/06/2016 à 13:12 - Mise à jour à 13:13
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La filiale pétrochimique de Total a été condamnée ce lundi à 200.000 euros d'amende pour sa responsabilité dans une explosion accidentelle ayant tué deux employés en 2009 dans une de ses usines en Lorraine. La justice a estimé que la direction du site avait délibérément court-circuité un dispositif de sécurité.

En procédant à partir de 1995 au "shunt" (mise hors circuit) quasi permanent de ce dispositif, Total Petrochemicals France (TPF) "ne pouvait ignorer" qu'elle faisait courir "un risque particulièrement grave" d'explosion, sur un site classé Seveso. Cela a constitué une "défaillance inadmissible", a tranché le tribunal correctionnel, qui a infligé à TPF une peine conforme aux réquisitions du parquet.

L'ancien directeur du site mosellan, Claude Lebeau, a de son côté été condamné à un an de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende. "De façon constante", l'ancien dirigeant a "validé la décision de procéder au shunt de la sécurité", ce qui équivaut à une "trahison de la confiance que les employés du site plaçaient en lui", selon le tribunal.

Condamnés pour "homicides et blessures involontaires", le groupe TPF et M. Lebeau vont faire appel. "On ne peut pas accepter une telle décision", vu sa "sévérité", a dit aux journalistes l'avocat de la société, Jean-Benoît Lhomme.

Deux employés de 21 et 28 ans avaient trouvé la mort dans cet accident, survenu le 15 juillet 2009 sur le site de Carling, près de la frontière allemande. Cette usine produit des dérivés pétrochimiques (destinés notamment à la fabrication de plastique) à partir d'un liquide issu de la distillation du pétrole. Huit personnes avaient également été blessées dans l'explosion.

A l'audience, en février-mars derniers, plusieurs témoins étaient venus expliquer au tribunal que la direction était au courant des négligences dans la sécurité. Et que le contournement des procédures réglementaires - c'est-à-dire le fait de démarrer un surchauffeur sans avoir préalablement purgé les gaz présents dans cet équipement - était destiné à gagner du temps, et donc à accroître l'utilisation de l'outil industriel.

Ce "shunt", c'est "pour que, dans des conditions où normalement la production aurait dû être arrêtée, on puisse continuer de produire, aux dépens de la sécurité des employés", a résumé Philippe-Henry Honegger, l'un des avocats des parties civiles.

Dans ses conclusions, le tribunal n'a pas explicitement fait référence à cette supposée course à la rentabilité de la part de la direction de l'entreprise. Mais il a observé que, lorsque le site a bénéficié de 50 millions d'investissements en 2007, "aucun centime n'a été consacré à la fiabilisation" des dispositifs de sécurité.

Le tribunal a également fustigé l'attitude de la direction qui a "sciemment dissimulé à l'autorité préfectorale" que ces dispositifs avaient été contournés, ce qui lui a permis d'obtenir fin 2001 une autorisation d'augmentation de la capacité d'exploitation.

Après l'annonce de cette double condamnation, la mère d'une des deux victimes a fait part de son "soulagement". "Il fallait que j'entende qu'ils sont coupables pour que mon gamin repose en paix", a commenté, très émue, Véronique Germain-Lemerre, qui a perdu son fils Maximilien, 21 ans, dans l'accident. "Je me suis battue pendant sept ans pour que jamais ça ne se reproduise. Les gens n'ont pas le droit de mourir comme ça, avec des multinationales qui shuntent les sécurités", a-t-elle ajouté.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La filiale pétrochimique de Total a été condamnée ce lundi à 200.000 euros d'amende pour sa responsabilité dans une explosion accidentelle ayant tué deux employés en 2009 dans une de ses usines en Lorraine.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-