Acte 13 des Gilets jaunes à Paris: main arrachée, gendarme blessé, un samedi sous tension

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 09 février 2019 - 19:26
Image
Un manifestant gilet jaune, samedi 9 février 2019 sur les Champs-Elysées
Crédits
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
L'Acte 13 de la mobilisation des Gilets jaunes a Paris a été émaillé de tensions: un manifestant a par exemple eu la main arrachée.
© Zakaria ABDELKAFI / AFP

L'acte 13 du mouvement des gilets jaunes s'est déroulé ce samedi 9 à Paris, quand dans bien d'autres villes de France. Des tensions entre les forces de l'ordre et les manifestants ont éclaté dans les rues de la capitale blessant notamment un gendarme. Un manifestant a aussi eu la main arrachée.

Ce samedi à 18h de nombreux gilets jaunes arpentent encore les rues de Paris bien que le cortège soit largement dispersé. L'acte 13 du mouvement s'est déroulé dans la capitale, comme partout en France.

Des tensions ont éclaté tôt. Dès ce matin, un gendarme a été légèrement blessé au visage par un manifestant. Il aurait reçu un coup de poing. Un gilet jaune a aussi été légèrement blessé.

Une blessure bien plus grave a aussi été recensée. En début d'après-midi, un jeune manifestant a été filmé aux abords de l'Assemblée nationale, la main arrachée.

Il est encore trop tôt pour dire avec certitude ce qu'il s'est réellement produit. Mais une certitude: les pompiers ont pris en charge l'homme rapidement. Les pompiers de Paris ont d'ailleurs ajouté qu'il souffrait aussi d'un traumatisme à la tête.

A voir aussi: Des milliers de "gilets jaunes" pour l'"acte 13" marqué par des incidents à Paris

Les témoins de la scène ont publié des photos et des vidéos particulièrements choquantes de cette blessure.

Selon une source policière citée par BFMTV, l'homme qui ne portait pas de gilet jaune a voulu récupérer une grenade de désencerclement pour la renvoyer sur les forces de l'ordre. Mais l'engin a explosé avant qu'il ne puisse le faire.

"Quand les flics ont voulu disperser les gens, il a reçu une grenade de désencerclement au niveau de son mollet, il a voulu mettre un coup de main dedans pour ne pas qu'elle explose vers sa jambe et elle a pété quand il l'a touchée", a quant à lui expliqué un témoin qui a filmé les faits. "C'était pas beau: il hurlait de douleur, il n'avait plus aucun doigt, il n'avait plus grand-chose au-dessus du poignet", a-t-il poursuivi.

La scène a eu lieu lors de premières grosses tensions entre les forces de l'ordre et les manifestants: certains tentaient d'escalader les barrières du Palais Bourbon et les policiers ont alors décidé de les faire reculer.

Un bon nombre de mobilier urbain a été cassé au long du parcours de la manifestation, sur le boulevard Saint-Germain par exemple. Un véhicule de l'opération Vigipirate a notamment été incendié. Cela a provoqué "l'indignation et le dégoût" de Christophe Castaner.

Le ministre de l'Intérieur a d'ailleurs annoncé qu'à 14h, pas moins de 12.000 manifestants avaient été dénombrés à travers toute la France, contre 17.400 à la même heure la semaine précédente. Dans les rues de Paris, ils étaient 4.000 à défiler selon la place Beauvau.

A 18h, le cortège s'est maintenant dilué et beaucoup de manifestants ont quitté les lieux. Dans le 16e arrondissement des individus sont toujours présents et les violences se font plus fréquentes. Pas moins de 21 personnes ont été interpellées durant cette journée.

A lire aussi:

Au moins 4.000 "gilets jaunes" à Bordeaux, mobilisation toujours soutenue

"Gilets jaunes": Jacline Mouraud pour une "refonte profonde" de la Constitution