Acte de barbarie et doigt coupé: quatre jeunes hommes devant les assises de Montpellier

Acte de barbarie et doigt coupé: quatre jeunes hommes devant les assises de Montpellier

Publié le 26/06/2017 à 14:26 - Mise à jour à 14:35
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Quatre jeunes hommes comparaissent à partir de ce lundi devant les assises de Montpellier pour séquestration et actes de torture et de barbarie. Ils avaient notamment sectionné le doigt de leur victime.

Les assises de Montpellier voient s'ouvrir ce lundi 26 et pour la semaine le procès de l'agression , en août 2013 en pleine nuit, d'un commerçant de La Paillade qui tenait un magasin de téléphones à son domicile dans le même quartier. Quatre hommes, âgés de 17 à 25 ans au moment des faits, devront répondre d'acte de torture et de barbarie ainsi que de séquestration. L'un des prévenus est fiché S.

Les faits se sont déroulés le 29 août. La victime est suivie par ses agresseurs à 23h au moment où il rentre chez lui. Les quatre malfaiteurs encagoulés pénètrent dans l'appartement et exigent sous la menace d'une arme de poing de se faire remettre le contenu du coffre-fort du commerçant ainsi que de l'or. Devant le refus de la victime, ses agresseurs commencent par le rouer de coups d'une extrême violence. Le commerçant s'obstine alors ils menacent de lui couper la langue.

Finalement, l'un des agresseurs commence à lui sectionner l'auriculaire mais la lame n'est pas assez tranchante, précise Midi Libre. Il en prendra une seconde et parviendra à charcuter le doigt jusqu'au tendon. Les assaillants finiront par s'enfuir avec les quelques 1.500 euros en liquides que la victime avait sur elles et quelques objets de valeurs, laissant le malheureux, bâillonné, à son sort.

Les enquêteurs du SRPJ remonteront la piste de quatre individus au total, des habitants de La Paillade, tous connus de la justice, grâce à aux ADN présents dans l'appartement.

En garde à vue, les quatre malfaiteurs, déjà connu défavorablement des services de police, se sont renvoyés la responsabilité des faits. "Tout le monde se renvoie la balle et personne ne veut endosser la responsabilité des violences graves, notamment le fait d'avoir coupé le doigt", a indiqué un proche du dossier.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En garde à vue, les quatre malfaiteurs, déjà connu défavorablement des services de police, se sont renvoyés la responsabilité des faits.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-