Actes de torture et de barbarie sur une enfant de 4 ans: le beau-père avoue

Actes de torture et de barbarie sur une enfant de 4 ans: le beau-père avoue

Publié le 29/11/2018 à 12:22 - Mise à jour à 12:44
© LOIC VENANCE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Kleony, 4 ans, est morte samedi à l'hôpital d'Amiens. Placé en garde à vue, son beau-père a avoué mercredi l'avoir violentée. La justice soupçonne des violences habituelles sur les cinq enfants du couple. L'enquête a été ouverte pour actes de torture et barbarie ayant entraîné la mort.

Le beau-père de la petite Kleony, 4 ans, morte samedi 24 novembre à Amiens, a reconnu mercredi 28 devant les juges être l'auteur des violences qui lui ont coûté la vie. Il avait été placé mardi en garde à vue notamment pour "actes de torture et de barbarie ayant entraîné la mort". La mère a également été arrêtée pour ne pas avoir dénoncé les faits.

C'est une maltraitance généralisée qui est soupçonnée dans cette affaire, l'enquête concernant le couple portant également sur des faits de violences habituelles sur les cinq enfants de la fratrie.

La petite fille avait été admise à l'hôpital dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 dans un état grave, victime notamment d'un traumatisme crânien qui lui a donc été fatal deux jours plus tard. Ses parents avaient d'abord évoqué un accident de voiture, mais cette explication n'avait pas convaincu les médecins et l'enquête avait révélé des incohérences.

Voir: Un couple mis en examen pour avoir ébouillanté son bébé

Les premiers éléments de l'enquête et témoignages semblent indiquer que la violence était monnaie-courante dans cette famille. Le beau-père, recherché depuis plus d'un an par les autorités, avait été condamné en 2017 à 18 mois de prison, dont 6 mois avec sursis et mise à l'épreuve, pour des menaces de mort réitérées et des violences habituelles sur une précédente compagne. Selon l'entourage de la mère, interrogé par Le Courrier Picard, celle-ci subissait également les coups de son conjoint et aurait été totalement "sous sa coupe".

Un élément que devra confirmer l'enquête mais qui pourrait expliquer pourquoi elle n'a jamais dénoncé les violences de son mari. Celui-ci encourt jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle. Pour non-dénonciation de mauvais traitements infligés à un mineur de moins de 15 ans, la mère risque jusqu'à cinq ans d'emprisonnement.

Lire aussi:

Un jeune homme accusé de viol et violences sur un bébé de 15 jours

Nièvre: parents et amis accusés de violer leurs enfants, une affaire "hors normes"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le beau-père est soupçonné d'actes de torture et de barbarie ayant entraîné la mort de l'enfant.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-