Adama Traoré: l'autopsie n'a pas déterminé la "cause immédiate" de la mort

Adama Traoré: l'autopsie n'a pas déterminé la "cause immédiate" de la mort

Publié le 26/07/2016 à 08:04 - Mise à jour à 08:05
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le médecin légiste a rendu son rapport d’autopsie. Pour autant, l’expert ne se prononce pas sur les causes de la mort d’Adama Traoré, le jeune homme de 24 ans, décédé mardi dernier après son interpellation à Beaumont-sur-Oise.

L'autopsie du corps d'Adama Traoré, mort mardi 19 lors de son interpellation dans le Val-d'Oise, n'a pas permis de déterminer la cause immédiate de son décès, a affirmé lundi 25 à l'AFP l'avocat de sa famille, Frédéric Zajac.

"Le médecin conclut à une absence de cause immédiate au décès et ne peut pas se prononcer immédiatement", a dit Me Zajac, qui s'est vu notifier le rapport définitif d'autopsie. Il précise toutefois que, selon ce dernier, le jeune homme de 24 ans souffrait bien d'une "infection" et que son corps présentait des "égratignures".

Le procureur de Pontoise, Yves Jannier, avait déjà indiqué jeudi qu'Adama Traoré souffrait d'"une infection très grave", "touchant plusieurs organes". Selon lui, le rapport préliminaire d'autopsie ne faisait pas état de "traces de violence significatives" sur le corps. Me Zajac, qui a demandé une contre-expertise, attend une réponse "très rapide" du juge d'instruction. Si elle est accordée, cette nouvelle autopsie sera diligentée dans la semaine par trois experts.

Selon une source proche de l'enquête, ce sont surtout les analyses toxicologiques et bactériologiques, dont les résultats peuvent nécessiter plusieurs semaines, "qui donneront des réponses". Qualifiée de bavure par sa famille, la mort d'Adama Traoré a entraîné plusieurs nuits de violences dans la petite ville de Beaumont-Sur-Oise, où il a été interpellé, et dans les communes voisines.

Aux cris de "Justice pour Adama", entre 1.500 (police) et 5.000 personnes (service d'ordre) ont participé vendredi à Beaumont-sur-Oise à une marche blanche qui a pris des allures de manifestation. Deux enquêtes sont menées parallèlement par la section de recherches et l'inspection générale de la gendarmerie.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'autopsie du corps d'Adama Traoré, mort mardi 19 lors de son interpellation dans le Val-d'Oise, n'a pas permis de déterminer la cause immédiate de son décès.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-