Adoption: couples gays et enfants "atypiques" discriminés

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Adoption: couples gays et enfants "atypiques" discriminés

Publié le 18/06/2018 à 17:58 - Mise à jour à 18:01
© PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Depuis 2013, les couples gays peuvent adopter des enfants. Mais cinq ans après la loi du mariage pour tous, les couples de même sexe qui espéraient fonder une famille sont confrontés à une triste réalité: une double discrimination. Car quand ils obtiennent l'agrément, ils ne sont pas prioritaires et se voient souvent proposer des enfants "atypiques".

En Seine-Maritime, les couples gays sont confrontés à des difficultés et des discriminations lorsqu'ils souhaitent adopter pour fonder une famille.

Selon France Bleu Normandie, qui révèle dans une enquête ce lundi 18 des pratiques étranges dans le département concernant le parcours d'adoption, les couples homosexuels (qui peuvent adopter en théorie comme n'importe quel autre couple depuis 2013 et la loi du mariage pour tous) qui obtiennent l'agrément se voient souvent proposer des enfants "atypiques".

"On nous a dit que, pour avoir une chance, nous devions nous préparer à accueillir un enfant à besoins spécifiques, c'est-à-dire grand ou avec un problème de santé, un handicap", a ainsi témoigné une jeune femme, qui souhaite adopter avec son épouse.

Lire aussi: l'adoption, une voie souvent sans issue pour les couples homosexuels

"Eux-mêmes sont un peu atypiques par rapport à la norme sociale mais aussi la norme biologique… Il faut que leur projet supporte des profils d'enfants atypiques", a confirmé le responsable de l'adoption du département. Département qui délivre par ailleurs l'agrément aux couples hétéros, homosexuels et aux adoptants seuls.

Des propos qui choquent et qui souffrent, de plus, d'une double discrimination. Les enfants "atypiques" étant considérés comme différents et donc pas comme les "parfaits candidats" à l'adoption.

Ce que confirme un autre témoin à France Bleu Normandie: "On a un peu l'impression qu'autant les parents homosexuels que les enfants à besoins spécifiques sont un peu des sous-citoyens aux yeux des institutions".

Ces pratiques sont perçues comme des bâtons dans les roues par les couples homosexuels adoptants qui, souvent, se découragent.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


En Seine-Maritime, les couples homosexuels adoptants se voient souvent proposer des enfants "atypiques". Une double discrimination qui décourage les futurs parents.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-