Aéroport de Bordeaux: six kilos de cocaïne transportés dans un parapente

Aéroport de Bordeaux: six kilos de cocaïne transportés dans un parapente

Publié le 11/07/2018 à 20:48 - Mise à jour à 20:55
© ERNESTO BENAVIDES / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une Brésilienne de 27 ans a été condamnée à deux ans de prison après avoir été arrêtée, samedi, à l'aéroport de Bordeaux alors qu'elle transportait six kilos de cocaïne dans un parapente. Le parquet a voulu faire preuve de mansuétude envers cette "mule" visiblement exploitée par un réseau de trafiquants.

La prise est d'importance, le moyen de transport original et l'histoire de la "mule" frappante. Les douaniers de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac ont saisie six kilos de cocaïne samedi 8 qu'avaient tenté de faire passer une voyageuse brésilienne.

Et pour cela, elle avait utilisé un parapente comme "moyen de transports". Elle espérait peut-être que le poids de cet imposant bagage n'attirerait pas l'attention des douaniers. Pari perdu puisque c'est justement cela qui leur aurait mis la puce à l'oreille selon France Bleu qui rapporte les faits. "Passé aux rayons X, le bagage laisse apparaître des masses suspectes. À l'intérieur, les douaniers découvrent six pains qui se révèlent être de la cocaïne", relate la radio locale.

Il s'agit de la plus grosse saisie réalisée depuis 2010 pour les douaniers de Bordeaux-Mérignac. Pure à plus de 80%, la drogue représentait une valeur marchande de plus de 200.000 euros.

Lire aussi: Record de saisies de cocaïne pour la douane en 2017

La passagère était ainsi partie de Rio de Janeiro en passant par Lisbonne. Elle devait rejoindre Lyon puis Paris avec sa cargaison. Durant son procès, le parquet a entendu les arguments de cette "mule", une mère célibataire de 27 ans, au chômage et en dépression, reconnaissant qu'elle n'était que de la "chair à canon" pour ses commanditaires qui lui promettaient l'équivalent de 10 mois de salaire pour cette mission risquée. Elle a d'ailleurs accepté de coopérer avec les enquêteurs chargés de démanteler ce réseau.

Elle a toute de même était condamnée à deux ans de prison et à une amende douanière de 150.000 euros. Une peine qui apparaît clémente puisque le code pénal prévoit que "l'importation ou l'exportation illicites de stupéfiants sont punies de dix ans d'emprisonnement et de 7.500.000 euros d'amende". La peine est portée à 30 ans de réclusion criminelle lorsque ces faits sont commis en bande organisée.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La "mule" transportant la cocaïne était une mère célibataire au chômage et en dépression.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-