Affaire Adama Traoré: Beaumont-sur-Oise vote la prise en charge des frais de justice de la maire Nathalie Groux

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Affaire Adama Traoré: Beaumont-sur-Oise vote la prise en charge des frais de justice de la maire Nathalie Groux

Publié le 09/12/2016 à 09:55 - Mise à jour à 09:56
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La ville de Beaumont-sur-Oise prendra en charge des frais de justice de la maire qui a porté plainte pour outrages et menaces après la mort en juillet d'Adama Traoré, lors de son interpellation par les gendarmes. C'est le résultat d'un vote du conseil municipal jeudi.

Le conseil municipal de Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) a voté jeudi 8 au soir la prise en charge des frais de justice de la maire qui a porté plainte pour outrages et menaces après la mort en juillet d'Adama Traoré, lors de son interpellation par les gendarmes. Tous les élus de la majorité ont voté pour la "protection fonctionnelle" de la maire, Nathalie Groux, lui accordant un plafond de prise en charge de 20.000 euros, a constaté une journaliste de l'AFP.

Cinq élus d'opposition ont voté contre, lors de ce conseil qui s'est déroulé dans le calme et pour lequel un important dispositif de sécurité avait été déployé, après des incidents le 17 novembre lors d'un précédent conseil qui avait dû être annulé.

Selon la délibération sollicitant cette protection Mme Groux a déposé trois plaintes pour insultes, outrages et menaces, après avoir été insultée et menacée de mort dans les rues de la commune et sur les réseaux sociaux ces derniers mois. Après la séance, Assa Traoré, la soeur d'Adama, a dénoncé une protection "injustifiée". "La maire a déshumanisé la ville de Beaumont", a-t-elle lancé, en présence d'une quinzaine de personnes rassemblées derrière le périmètre de sécurité mis en place autour de l'Hôtel de ville.

Selon la préfecture du Val-d'Oise, quelque 200 gendarmes étaient déployés jeudi à Beaumont-sur-Oise et dans les communes alentours où la situation s'est à nouveau brutalement dégradée ces dernières semaines: conseil municipal annulé les 17 et 22 novembre, violences urbaines, et placement en détention provisoire de deux frères d'Adama dans l'attente de leur procès le 14 décembre. Bagui Traoré, 25 ans, et Ysoufou Traoré, 22 ans sont accusés de violences et outrages contre les forces de l'ordre en marge du conseil municipal du 17 novembre.

La situation avait dégénéré ce soir-là quand gendarmes et policiers municipaux avaient refoulé une partie de la famille qui voulait assister au conseil censé déjà se prononcer sur la "protection fonctionnelle" de la maire.

Les deux frères nient les faits. Bagui Traoré a déposé plainte contre une policière municipale pour "dénonciation calomnieuse" et "tentative d'escroquerie au jugement". Selon la plainte consultée jeudi par l'AFP, il reproche notamment à la fonctionnaire, qui dit avoir reçu un coup au visage, d'avoir produit "un certificat médical de complaisance".

Lors de son arrestation, le 19 juillet, Adama Traoré avait été maintenu au sol sous "le poids des corps" de trois gendarmes, selon une source proche de l'enquête citant les déclarations de l'un des militaires. Qualifiée de "bavure" par son entourage, la mort du jeune homme avait entraîné plusieurs nuits de violences à Beaumont-sur-Oise, où vit une partie de la famille Traoré, et dans les villes voisines.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le conseil municipal de Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) a voté jeudi 8 au soir la prise en charge des frais de justice de la maire.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-