Affaire Alexia/Jonathan Daval: le mari sort enfin du silence

Affaire Alexia/Jonathan Daval: le mari sort enfin du silence

Publié le 27/06/2018 à 17:18 - Mise à jour à 17:23
© SEBASTIEN BOZON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Après plusieurs mois passés dans une unité de soins en raison de son état psychique, Jonathann Daval, mis en examen pour le meurtre de sa femme Alexia, a été entendu ce mercredi par le juge d'instruction.

Huit mois jour pour jour après la mort d'Alexia Daval et près de cinq mois après que son mari Jonathan a avoué son implication, l'homme a enfin pu être réentendu par les juges ce mercredi 27.

Ses auditions avaient en effet dû être interrompues en mars dernier en raison de son état psychiatrique. Il avait d'ailleurs été incarcéré dans une unité de soins en santé mentale dans une aile spécifique de la maison d'arrêt de Dijon.

C'est à sa demande que celui qui apparaît à l'heure actuelle comme le seul suspect de ce crime a été entendu par le juge d'instruction. Selon les informations de Franceinfo, il aurait été en mesure de répondre à toutes les questions posées, mais le contenu de cet échange n'a pas été dévoilé.

Lire aussi: Affaire Alexia/Jonathann Daval: des doutes sur la culpabilité du mari

Cet entretien était d'autant plus attendu que si la thèse du meurtre par conjoint ne semble plus faire de doute, certains éléments restent mystérieux. Jonathann Daval avait en effet reconnu avoir étranglé sa femme, par accident pendant une dispute selon ses premières déclarations. Ce qui s'est passé ensuite est beaucoup plus flou pour l'instant. L'homme n'a pas reconnu avoir dissimulé ou brûlé le corps, retrouvé en partie calciné dans un bois difficile d'accès.

Même l'avocat des parents de la victime avait déclaré ne pas être "certains de la culpabilité" de Jonathann Daval. " Il a avoué des choses qui ne collent pas avec le dossier. Il manque un certain nombre de certitudes. Il ne donne pas de mobile, il donne des informations très vagues sur les circonstances du décès et il nie totalement la carbonisation du corps", avait déclaré Me Jean-Marc Florand à l'issue des premières auditions, n'excluant donc pas qu'il y ait "un ou plusieurs complices".

 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jonathann Daval était apparu éploré pendant plusieurs mois avant d'avouer le meurtre de sa femme.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-