Affaire Daval: ADN de la mère de Jonathann, complice... le point à la veille de l'audition

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Affaire Daval: ADN de la mère de Jonathann, complice... le point à la veille de l'audition

Publié le 28/11/2018 à 15:32 - Mise à jour à 15:37
© SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Les prochaines auditions de Jonathann Daval et confrontations avec la famille de sa défunte épouse Alexia pourraient permettre de lever les nombreuses zones d'ombres dans cette affaire. Entre les différentes versions du suspect, les révélations, les accusations de complot et autres soupçons de complicité, la vérité est encore loin d'être établie.

Plus d'un an après la mort d'Alexia Daval, le principal suspect -son mari Jonathann- sera confronté à ses beaux-parents ainsi qu'à sa belle-sœur et son beau-frère. Une rencontre dont beaucoup est attendu, alors que le trentenaire est passé au cours des mois du statut de veuf éploré à suspect numéro 1, et a fini par accuser la famille de la victime de complot alors que celle-ci avait témoigné d'une certaine compassion à son égard. De récentes avancées ont également jeté le trouble sur cette affaire.

Jonathann Daval avait alerté les autorités samedi 28 octobre 2017 que sa femme n'était pas rentrée de son jogging matinal. Le lundi suivant, son corps partiellement calciné avait été retrouvé dans un bois à proximité. L'homme était apparu dans toute sa détresse aux côtés de ses beaux-parents lors des funérailles, tandis que la crainte d'un tueur sévissant dans la région se faisait sentir.

Voir: Il y a un an éclatait l'affaire Daval

> du prédateur au complot en passant par le crime passionnel

Fin janvier, premier rebondissement. Jonathann Daval est placé en garde à vue puis mis en examen pour le meurtre. Il reconnaît rapidement avoir étranglé sa femme au cours d'une dispute conjugale. Son avocat invoquera le geste impulsif d'un homme lui-même victime de la violence physique et psychologique d'Alexia Daval.

Du prédateur de joggeuses au crime passionnel, l'affaire a par la suite pris des airs de manipulations. Début juillet, Jonathann Daval change radicalement de version et évoque un complot. Ce serait le mari de sa belle sœur, Grégory Gay, qui aurait tué son épouse et toute la famille l'aurait couvert. Lui n'aurait que transporté le corps. La théorie n'a pas convaincu les enquêteurs.

> des éléments à charge

Plusieurs éléments matériels (des draps appartenant au couple retrouvé sur les lieux, des traces de pneu, l'analyse du GPS de sa voiture, un SMS envoyé après l'heure de la mort par la jeune femme...) sont venus accabler le principal suspect.

A cela s'est ajoutée une expertise psychiatrique mettant à la mal sa défense dans laquelle il était décrit comme "déterminé, plutôt dominant, colérique voire agressif, et très manipulateur" malgré son allure de "chien battu".

Dernièrement, c'est un texte écrit quelques jours après la mort d'Alexia et récapitulant le premier alibi qui a été retrouvé sur l'ordinateur de Jonathann Daval.

> des questions troublantes

Jonathann Daval n'a jamais reconnu avoir mis le feu à la dépouille d'Alexia, rare élément immuable de ses versions des faits. Même l'avocat des parents de la victime avait déclaré ne pas exclure la possibilité d'une complicité.

Les zones d'ombres qui pèsent sur l'affaire laissent donc place à de nombreuses théories. En témoigne l'émoi provoqué par la découverte d'un cheveu porteur de l'ADN de la mère de Jonathann Daval dans sa voiture, celle qui aurait servi à transporter le corps. Malgré les nombreuses façon dont cet élément aurait pu se retrouver là, les questions se multiplient. Reste à savoir si les prochaines auditions et confrontations permettront d'enfin établir les circonstances du meurtre.

Lire aussi:

Alexia Daval: ses parents témoignent de provocations des proches de Jonathann

Meurtre d'Alexia Daval: une bombe aérosol intéresse les enquêteurs

Jonathann Daval maintenu en détention par la cour d'appel de Besançon

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


De nombreuses zones d'ombre demeurent dans l'affaire Alexia Daval.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-