Affaire Kalinka Bamberski: peine suspendue pour Dieter Krombach

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Affaire Kalinka Bamberski: peine suspendue pour Dieter Krombach

Publié le 12/12/2016 à 19:29 - Mise à jour à 19:30
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Dans le cadre de l'affaire Bamberski, la peine de Dieter Krombach a été suspendue pour raisons médicales. Il va sortir de prison sous conditions, selon le parquet.

Le tribunal d'application des peines de Melun a accepté de "suspendre" pour raison médicale la peine de Dieter Krombach, condamné en 2012 à 15 ans de prison pour la mort de sa belle-fille Kalinka Bamberski, a-t-on appris ce lundi 12 auprès du parquet.

Pour quitter la prison de Melun, le médecin allemand de 82 ans, qui a toujours clamé sons innocence, devra trouver une place dans une structure sanitaire adaptée (Ehpad) en France ou Outre-Rhin. Dans ce cas-là, "les autorités allemandes devront reconnaître et exécuter" la décision du tribunal français, a précisé le parquet de Melun.

Le parquet, qui a la possibilité de faire appel de cette décision, avait émis un avis défavorable à la libération conditionnelle demandée par le détenu. L'octogénaire souffre d'une "pathologie cardio-vasculaire qui évolue en aggravation et menace le pronostic vital", selon une source proche du dossier. Contacté par l'AFP, l'avocat de Dieter Krombach, Yves Levano, n'a pas souhaité faire de commentaire.

L'affaire Dieter Krombach a débuté en 1982 lorsque sa belle-fille Kalinka, alors âgée de 14 ans, avait été retrouvée morte chez lui, au bord du lac de Constance. La justice allemande avait abandonné toute poursuite à son encontre. En 2009, le père de Kalinka, André Bamberski, avait organisé l'enlèvement de Dieter Krombach en Allemagne pour le livrer à la police française.

La justice française a condamné fin 2011 Dieter Krombach à 15 ans de réclusion criminelle, pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner". La peine a été confirmée fin 2012 en appel. André Bamberski a quant à lui été condamné en juin 2014 à Mulhouse à un an de prison avec sursis pour l'enlèvement de Dieter Krombach.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dans le cadre de l'affaire Bamberski, la peine de Dieter Krombach a été suspendue pour raisons médicales.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-