Affaire Lafarge en Syrie: que savait l'Etat?

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 24 avril 2018 - 21:57
Image
Le logo de LafargeHolcim, le 9 mars 2017 à Paris
Crédits
© Thomas SAMSON / AFP/Archives
L'Etat français aurait été au courant des agissement du groupe Lafarge en Syrie.
© Thomas SAMSON / AFP/Archives
Alors que six personnes ont été mises en examen dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Lafarge en Syrie, de nombreux regards se tournent vers l'Etat. Dimanche Jean-Claude Veillard, l'un des mis en examen, a assuré qu'il avait toujours informé les services de renseignement des agissements de la multinationale.

Le cimentier Lafarge est sous le coup d'une enquête: il est soupçonné d'avoir versé de fortes sommes d'argent à des groupes armés en Syrie, dont l'EI, pour pouvoir continuer ses activités. Mais alors que six dirigeants de la multinationale ont été mis en examen, Libération a révélé dimanche 22 que l'Etat avait été informé de ces agissements.

Le quotidien s'est basé sur les dires d'un certain Jean-Claude Veillard, l'un des mis en examen. Lors d'un interrogatoire au bureau de la juge d'instruction du dossier le 12 avril dernier, il aurait affirmé avoir donné les détails de ces transactions à l'Etat français.

"Je ne faisais aucun tri dans les informations que je donnais aux services des renseignements. (…) Au cours des réunions, j’ai donné toutes les informations", a assuré celui qui était directeur sûreté de l'entreprise Lafarge au moment des faits, entre 2012 et 2014.

A voir aussi: Chez les salariés Lafarge en Syrie - un mort, un disparu et des enlèvements en série

il a même fourni aux enquêteurs un agenda stipulant en effet qu'il avait rencontré différents services de renseignement extérieurs et intérieurs français plus d'une trentaine de reprises. Muni d'une adresse courriel peu commune, grosmarmotte@gmail.com, donnée par la DGSE ce dirigeant a affirmé qu'il tenait les services français au courant de l'évolution de la situation de l'usine en Syrie.

Il a en plus indiqué qu'il avait été en contact avec le cabinet militaire de François Hollande, alors président de la République, laissant entendre que les agissements de Lafarge étaient connus jusqu'au plus haut sommet de l'Etat, encore une fois avec un email à l'appui.

À LIRE AUSSI

Image
Vue générale montrant l'usine de Lafarge Cement Syria (LCS) à Jalabiya, dans le nord de la Syrie, le 19 février 2018
Chez les salariés Lafarge en Syrie: un mort, un disparu et des enlèvements en série
Accusé d’avoir financé "le terrorisme" et mis en danger ses salariés en Syrie, le groupe cimentier Lafarge a toujours qualifié la sécurité de ses équipes de "priorité"...
21 mars 2018 - 12:47
Image
Trois cadres du cimentier français Lafarge ont été placés en garde à vue mercredi dans le cadre de l
LafargeHolcim, dans le rouge, dévoile de nouveaux objectifs
Le géant des matériaux de construction LafargeHolcim a dévoilé son nouveau plan stratégique sur cinq ans, sous l'impulsion de son nouveau patron, l'allemand Jan Jenisc...
02 mars 2018 - 10:02
Tendances éco
Image
Un homme marche devant l'entrée du siège de Lafarge, à Paris, le 14 novembre 2017
Lafarge en Syrie: le rôle de la diplomatie française en question
L'enquête sur Lafarge, soupçonné d'avoir financé le groupe Etat islamique pour rester en Syrie, peut-elle impliquer la diplomatie française ? Un ex-responsable du cime...
02 février 2018 - 13:40