Affaire Maëlys: la sœur de Nordahl Lelandais avait déjà essayé de contacter la famille de l'enfant

Affaire Maëlys: la sœur de Nordahl Lelandais avait déjà essayé de contacter la famille de l'enfant

Publié le 01/04/2018 à 15:46 - Mise à jour à 15:49
© PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les médias ont rendu public un courrier adressé le 7 mars par Alexandra, la sœur de Nordahl Lelandais, aux parents de Maëlys. Elle avait déjà essayé de rentrer en contact avec les proches de l'enfant en septembre.

C'est un courrier qui a fait le tour des médias. Alexandra, la sœur de Nordahl Lelandais qui a reconnu son implication dans la mort de Maëlys de Araujo et d'Arthur Noyer, a écrit une lettre début mars aux parents de Maëlys (à ce moment-là, le suspect n'avait pas avoué sa responsabilité pour Arthur Noyer) qu'a rendu public France bleu.

A l'intérieur, elle y explique aux parents de la fillette "toute la tristesse" qu'elle "ressen(t)". "Si je pouvais alléger votre douleur, je le ferais" écrit-elle.  Elle admet n'avoir pas cru à la culpabilité de son frère (son demi-frère plus exactement) jusqu'à ce jour du 14 février ou l'ancien militaire a emmené les magistrats et les enquêteurs à Attignat-Oncin en Savoie, là où il a caché le corps de Maëlys. Pour l'instant le suspect, qui bénéficie malgré tout de la présomption d'innocence, affirme que la mort de l'enfant est accidentelle, sans être plus clair sur ce point.

Or, si cette lettre est passée par le cabinet de Maître Rajon, l'avocat des parents, ce n'était la première fois qu'Alexandra a essayé de se rapprocher de la famille de Maëlys. Comme elle le rappelait à France-Soir (voir ici), la sœur de Nordahl avait tenté une première approche en septembre, alors que son frère était mis en examen mais niait les faits et que le corps de l'enfant n'avait pas été découvert malgré des fouilles colossales.

Voir aussi: EXCLUSIF Affaire Maëlys: harcelée, la sœur de Nordahl Lelandais témoigne

Le but à l'époque? Démentir formellement les propos que des usurpateurs d'identité sur les réseaux sociaux lui prêtaient dans des faux comptes créés frauduleusement à son nom et où des propos blessants pour la famille de la victime étaient écrits. "Je n'ai jamais tenu les propos que l'on me prête. Je ne me serais jamais permise. Une fois, en septembre, j'ai même écrit à un cousin de la famille de Maëlys (actif aussi sur les réseaux, NDLR) pour lui jurer que ce n'est pas moi qui publie ces horreurs" nous expliquait-elle "avant de désactiver le compte que j'avais créé pour l'occasion". Elle déclarait d'ailleurs être déjà "bouleversée pour les parents de Maëlys".

La sœur du principal suspect s'est ensuite réfugiée dans le silence face aux pressions subies de la part de harceleurs en ligne (n'ayant a priori aucun lien avec la famille de la petite fille) et dans l'attente de l'avancée de l'enquête. Jusqu'au coup de tonnerre du 14 février.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La sœur de Nordahl avait tenté de contacter la famille en septembre 2017.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-