Affaire Grégory: le 16 octobre 1984, Marcel Jacob était à son travail

Affaire Grégory: le 16 octobre 1984, Marcel Jacob était à son travail

Publié le 04/10/2017 à 17:54 - Mise à jour à 18:08
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Marcel Jacob, grand-oncle du petit Grégory Villemin retrouvé mort dans la Vologne le 16 octobre 1984, a fourni un alibi pour le jour du meurtre. C'était il y a 33 ans. Il a assuré avoir été au travail au moment des faits. Mais les enquêteurs avaient jugé son excuse "incertaine". Sauf que "l'Est Républicain" vient de révéler que cela avait été vérifié auprès de l'employeur à l'époque.

Le 16 octobre 1984, le petit Grégory Villemin était retrouvé mort noyé et ligoté dans La Vologne, rivière située dans les Vosges. Au cœur de son meurtre, un immense imbroglio familial, autour d'une vaste histoire de jalousie morbide.

Alors que l'enfant est mort depuis bientôt 33 ans, une nouvelle information pourrait changer toute la donne. Cela concerne Marcel Jacob, son grand-oncle. Retour sur l'historique judiciaire.

Bernard Laroche, cousin du père de Grégory (Jean-Marie Villemin), avait été le premier suspect de l'affaire. Mais il avait été libéré après que Murielle Bolle, sa belle-sœur, était revenue sur son témoignage. Ce qui avait conduit au meurtre de Bernard Laroche (tué en 1985 par le père de Grégory convaincu de sa culpabilité).

Les époux Jacob, grand-oncle et grand-tante, ont aussi été suspectés de l'homicide du petit garçon de quatre ans. Ils ont d'ailleurs été mis en examen en juin dernier pour "enlèvement et séquestration suivie de mort" et incarcérés. Le procureur général n'avait pas trouvé leurs alibis suffisamment étayés. Ils avaient ensuite été libérés sous contrôle judiciaire.

Sauf que par rapport à l'alibi, un nouvel élément qui pourrait remettre l'accusation en cause a été révélé par L'Est Républicain ce mercredi 4. Le quotidien s'est procuré un document sur lequel figurent les alibis de toutes les personnes impliquées dans cette affaire. Sous Bernard Laroche, la case "vérification" est vide. Mais à côté du nom de Marcel Jacob est inscrit "se trouvait à son travail de 13h à 21h à l'usine Walter Seitz à Aumontzey". Alibi solide puisque "vérifié auprès de l'employeur" il y a 33 ans selon l'avocat Me Stéphane Giuranna.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Alors que le petit Grégory est mort depuis bientôt 33 ans, une nouvelle information pourrait changer toute la donne. Cela concerne Marcel Jacob, son grand-oncle.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-