Affaire Théo à Aulnay-sous-Bois: l'IGPN avait relevé un "caractère non-intentionnel"

Affaire Théo à Aulnay-sous-Bois: l'IGPN avait relevé un "caractère non-intentionnel"

Publié le 09/02/2017 à 12:43
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Un rapport de l'IGPN -la "police des polices"- sur l'agression présumée du jeune Théo par des policiers à Aulnay-sous-Bois révélé ce jeudi évoque un "caractère non-intentionnel". Des éléments qui ont provoqué une dissonance entre le procureur et le juge d'instruction sur la qualification de "viol".

Dans ses premières conclusions, l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) avait retenu "le "caractère non intentionnel" du geste du policier mis en examen pour viol sur Théo, déplorant toutefois des conséquences "dramatiques", a-t-on appris ce jeudi 9 de sources policières.

Dimanche, le parquet de Bobigny s'était notamment basé sur ce rapport pour procéder à l'ouverture d'une information judiciaire pour "violences par personnes dépositaires de l'autorité publique".

"A l'issue des investigations, et notamment tenant compte des auditions de la victime et des fonctionnaires, des témoignages et de l'exploitation des enregistrements des caméras de vidéo-protection", le parquet de Bobigny avait estimé "que les éléments constitutifs de la qualification de viol étaient insuffisamment établis".

Une vidéo de la scène, filmée par la vidéosurveillance de la police municipale, montre un policier "porter un coup de matraque horizontal au niveau des fesses" du jeune homme, après que son "pantalon a glissé tout seul", expliquait alors une source proche de l'enquête.

Le juge d'instruction avait alors requalifié les faits, estimant au contraire que ces éléments pourraient constituer un viol. Un policier a ainsi été mis en examen pour viol et ses trois collègues pour violences volontaires en réunion et placés sous contrôle judiciaire.

Dimanche soir, les quatre policiers avaient été suspendus administrativement par le ministre de l'Intérieur. Evoquer ce rapport de l'IGPN aujourd'hui est "un non-événement, ce n'est pas un élément nouveau" a déclaré à l'AFP Eric Dupond-Moretti, l'avocat de Théo, 22 ans. Le caractère non intentionnel "c'était la thèse du procureur, qui n'a pas été retenue par le juge d'instruction", a-t-il insisté.

Gravement blessé au niveau de la zone rectale, le jeune homme était toujours hospitalisé une semaine après le drame.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le parquet de Bobigny avait considéré que les éléments constitutifs du viol étaient "insuffisamment établis", mais a été contredit par le juge d'instruction.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-