Affaire Théo: des artistes montent au créneau et dénoncent les violences policières dans une tribune

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Affaire Théo: des artistes montent au créneau et dénoncent les violences policières dans une tribune

Publié le 15/02/2017 à 08:11 - Mise à jour à 08:15
©Mehdi Fedouach/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Des dizaines d'artistes ont signé une tribune, à paraître ce mercredi dans "Libération", dans laquelle ils dénoncent les violences policières suite à l'affaire Théo et la mort d'Adama Traoré en juillet dernier. Ils énoncent également plusieurs pistes pour tenter de mettre fin à ces violences.

Près de deux semaines après l'interpellation de Théo, victime d'une fissure anale de 10 cm causée par la matraque d'un policier, plusieurs artistes ont signé une tribune, à paraître ce mercredi 15 dans Libération, pour dénoncer les violences policières. Rédigée par un adjoint au maire de Brétigny-sur-Orge (Essonne), Steevy Gustave, elle est notamment signée  par les chanteurs Patrick Bruel, Hugues Auffray, les comédiens Josiane Balasko, Jean Benguigui et Mathilda May, le réalisateur Nils Tavernier, le directeur du festival d'Avignon Olivier Py ou encore l'humoriste Anne Roumanoff.

Ces derniers considèrent "ces monstres ne peuvent être associés aux forces de l'ordre qui nous protègent et sauvent des vies au péril des leurs". Mais ils se demandent si cette bavure sera "un fait divers de plus qui sera, lui aussi, classé sans suite". En parallèle, ils ont énoncé plusieurs pistes pour tenter de mettre fin à ces violences. Notamment que "le vouvoiement soit systématiquement employé lors des contrôles". De plus, ils demandent "de meilleures formations pour nos jeunes policiers et le retour de la police de proximité" ainsi qu'une "vigilance accrue lors des recrutements".

Pour rappel, le 2 février dernier, un jeune homme de 22 ans, prénommé Théo, a fait l'objet d'une "interpellation musclée" par quatre policiers dans la cité des 3.000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), après un contrôle d'identité qui a dégénéré. Depuis, ce dernier accuse un des policiers de lui avoir introduit une matraque téléscopique dans l'anus. Le médecin, en charge de son cas, a diagnostiqué une plaie de 10 centimètres.

Dans une autre tribune, publiée là aussi dans Libération, plusieurs autres personnalités dont Omar Sy sont revenues sur la mort d'Adama Traoré, un jeune homme décédé au cours de son interpellation par des gendarmes en juillet. Ce drame avait d'ailleurs entraîné plusieurs nuits de violences dans la petite ville de Beaumont-Sur-Oise, où il avait été interpellé, et dans les communes voisines. "Nous, artistes, sportifs-tives, comédien-nes, écrivain-es (…) considérons que la mort d’Adama Traoré n’engage pas seulement ses proches mais l’ensemble de notre pays, de notre société (…) Et, depuis six mois, ce qui aurait pu n’être qu’une énième +bavure+ meurtrière illustre jour après jour l’impunité de certains gendarmes et policiers en France", ont-ils notamment expliqué.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des dizaines d'artistes donnent des pistes pour mettre fin aux violences policières dans une tribune publiée dans "Libération".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-