Affaire Théo: le jeune homme revient en partie sur ses déclarations

Affaire Théo: le jeune homme revient en partie sur ses déclarations

Publié le 21/03/2017 à 12:28 - Mise à jour à 18:07
©Capture d'écran Facebook
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le "Parisien" révèle ce mardi des éléments contradictoires dans les déclarations de Théo, le jeune homme qui aurait été violenté par des policiers à Aulnay-sous-Bois début février. Ce ne serait pas les policiers qui auraient baissé son pantalon, reconnaît-il. Mais ses blessures restent bien réelles.

Près de deux mois après les faits, l'affaire Théo semble connaître un nouveau rebondissement. En effet, le Parisien révèle ce mardi 21 des éléments des auditions du jeune homme, grièvement blessé à la région anale suite à son interpellation. Des déclarations changeantes d'une audition à l'autre qui ne remettent pas en cause la gravité des blessures ou les accusations de violences, mais soulèvent des questions sur leur caractère intentionnel.

En effet, Théo avait d'abord accusé un policier de l'avoir immobilisé "légèrement incliné debout", pendant qu'un autre lui "tenait les jambes" et qu'un troisième lui "enfonçait le bâton dans les fesses après avoir écarté le caleçon sur le côté".

Or, l'exploitation des images de vidéosurveillance laisseraient penser que le pantalon, très large, aurait pu glisser sans que les policiers n'interviennent. Face aux remarques de la juge d'instruction sur le sujet, le jeune homme serait en partie revenu sur son témoignage du 2 février.

"La première audition, je n'étais pas en état", aurait-il déclaré le 3 mars. "Quand l'un des policiers m'a attrapé, mon pantalon a glissé. (...) Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c'était volontaire, précise-t-il. Ils essayaient de me maîtriser. Et comme mon pantalon n'était pas bien attaché, il tombait". Par ailleurs, son caleçon -percé- contredit la thèse selon laquelle il aurait été "écarté".

Des éléments déjà avancés par les policiers incriminés, mais qui ne remettent pas en cause à eux seuls les accusations de violences et de viol. L'enquête devra surtout déterminer si le policier a enfoncé la matraque volontairement.

Ces éléments pourraient également entrer en ligne de compte quant à la qualification des faits en "viol" ou "violences", débat qui fait rage depuis le début de l'affaire.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Théo aurait reconnu que son pantalon avait "glissé" lors de son interpellation.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-