Affaire Théo: le policier mis en examen pour viol livre sa version des faits

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Affaire Théo: le policier mis en examen pour viol livre sa version des faits

Publié le 16/02/2017 à 12:47 - Mise à jour à 13:06
©Photo AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

"L'Express" et Europe 1 ont publié ce jeudi quelques extraits du procès-verbal du policier mis en examen pour viol dans le cadre de l'affaire Théo. Selon les documents consultés, le gardien de la paix a assuré n’avoir porté des coups à Théo qu’au niveau des jambes et des cuisses.

Mis en examen pour viol dans l'affaire Théo, le policier incriminé a livré quelques heures après l'interpellation du jeune homme, jeudi 2 février, sa version des faits dans un procès-verbal, consulté par L'Express et Europe 1. "Alors que je venais de lui saisir le bras, je recevais de sa part un coup de poing au niveau de la pommette gauche. (…) J’ai compris à ce moment-là que l’individu serait prêt à tout pour se soustraire. Il se débattait, portait des coups de poing à tout va, gesticulait en tous sens, même des jambes", a-t-il déclaré précisant un peu plus tard avoir fait usage de sa matraque, mais pas au niveau de ses fesses.  

"J’usais alors de ma matraque télescopique et lui portais des coups en visant l’arrière des cuisses". Des coups qui se sont poursuivis sur "les membres inférieurs dans l'espoir de faire perdre l'équilibre" et au niveau d'une de ses jambes. Pourtant, depuis l'interpellation, la victime ne cesse d'accuser le policier de lui avoir introduit son arme dans l'anus. Une affirmation que semble confirmer le médecin en charge de son cas qui lui a diagnostiqué une plaie de 10 centimètres.

Selon les dires du policier, ce n'est qu'une fois au commissariat qu'il aurait déclaré avoir mal. "L’individu se plaignait de douleur au visage ainsi qu’aux fesses. Je regardais rapidement s’il avait quelque chose en tirant son bas de survêtement. Je constatais alors qu’il présentait une plaie saignante", a-t-il indiqué précisant n'avoir pas la moindre idée de l'origine de la blessure. Mais le récit du jeune homme est tout autre. "Il prend sa matraque et il me l’a enfoncée dans les fesses, volontairement. Dès qu’il m’a fait ça je suis tombé sur le ventre, j’avais plus de force", avait-il ainsi déclaré.

Pour rappel, les faits se sont déroulés le 2 février dernier. Ce jour-là, le jeune homme de 22 ans avait fait l'objet d'une "interpellation musclée" par quatre policiers dans la cité des 3.000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), après un contrôle d'identité qui avait dégénéré. Ce drame a depuis débouché sur la mise en examen des quatre policiers dont un pour viol. Selon les premières conclusions de l'IGPN, "le caractère non intentionnel" du geste du policier a été retenu. Le parquet de Bobigny avait retenu uniquement les "violences volontaires" mais le juge d'instruction a décidé de mettre en examen le policier pou "viol" et ses trois collègues pour "violences volontaires".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le policier mis en examen pour le viol de Théo a fait le récit de l'interpellation.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-