Affaire Théo - Violences urbaines: 25 nouvelles interpellations en banlieue parisienne

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Affaire Théo - Violences urbaines: 25 nouvelles interpellations en banlieue parisienne

Publié le 14/02/2017 à 11:59 - Mise à jour à 12:00
©Grégoire Hozan/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Les manifestations en soutien au jeune Théo, violé avec une matraque par un policier à Aulnay-sous-Bois, continuent en Seine-Saint-Denis, et les violences urbaines qui en découlent aussi. Cette nuit, 25 nouvelles interpellations ont eu lieu à Bondy et Epinay-sur-Seine.

Au moins 25 personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi 13 à ce mardi 14 en banlieue parisienne pour des violences urbaines, a-t-on appris de sources policières et préfectorales, alors que François Hollande se rend en Seine-Saint-Denis pour une visite centrée sur l'emploi des jeunes.

"Il y encore des incidents, des incendies de véhicules et de poubelles mais j'ai le sentiment, d'après ce que me disent les autorités préfectorales notamment, qu'on est plutôt à la décrue", a estimé ce mardi Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis (PS), sur Europe 1.

Douze personnes ont été interpellées en Seine-Saint-Denis à Bondy et Epinay-sur-Seine, pour des jets de projectiles et d'engins incendiaires. La veille, dix personnes avaient été interpellées dans ce département de la banlieue nord-est de la capitale.

Onze autres ont eu lieu dans le département voisin du Val d'Oise, à Deuil-la-Barre et Elancourt, et deux à Elancourt dans les Yvelines, au sud-ouest de Paris. Dans ce département, huit voitures ont été incendiées, dont cinq à Chanteloup-les-Vignes, où une cinquantaine de policiers ont été la cible de jets de cocktails Molotov. Le portail du bureau de police de cette ville sensible a par ailleurs été enfoncé à l'aide d'une voiture bélier.

A Nanterre (Hauts-de-Seine), les policiers qui intervenaient sur deux feux de véhicules ont été pris à partie par une trentaine de jeunes encagoulés. L'un d'entre eux, âgé de 17 ans, a été interpellé et placé en garde à vue.

Des incidents n'ayant pas conduit à des interpellations ont également touché d'autres villes de banlieue parisienne, notamment à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et Asnières (Hauts-de-Seine).

Dans la nuit de dimanche 12 à lundi 13, plus de cinquante incidents avaient été recensés dans une trentaine de communes de région parisienne, selon un rapport interne de la préfecture de police de Paris cité par Le Figaro.

Face aux violences qui se sont enchaînées depuis plus d'une semaine en banlieue parisienne dans le sillage de l'affaire Théo, 22 ans, victime d'un viol présumé lors d'une interpellation le 2 février, le gouvernement a lancé lundi un appel au "calme".

"J'appelle au calme", "à la responsabilité, à la sérénité, à la confiance dans la justice", a lancé le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux, alors que les incidents ont remis les banlieues dans le débat à deux mois de l'élection présidentielle.

"L'émotion légitime" suscitée par l'affaire Théo "ne saurait en rien justifier" ces "violences inacceptables", a affirmé de son côté le Premier ministre Bernard Cazeneuve.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une première émeute avait eu lieu à Bobigny après une manifestation en soutien au jeune Théo, qui a dégénéré à cause de casseurs.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-