Ain: la justice annule le licenciement d'une employée accusée du vol d'un parapluie cassé

Ain: la justice annule le licenciement d'une employée accusée du vol d'un parapluie cassé

Publié le 23/08/2016 à 14:40 - Mise à jour à 14:54
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Il aura fallu quatre ans de procédure à une employée d'un office public de l'habitat à Bourg-en-Bresse pour voir son licenciement définitivement annulé: elle a été renvoyé pour avoir "volé" un parapluie cassé, traînant à terre, un jour de pluie.

C’est le journal Le Monde qui a mis l’affaire en lumière: une femme renvoyée de l’Office public de l’habitat de l’Ain a obtenu gain de cause en voyant son licenciement invalidé par la Cour de cassation. Le motif, a posteriori, semble effectivement futile: son employeur lui reprochait d’avoir pris, de manière délibéré, le parapluie de l’une de ses collègues qui s’en était plainte le lendemain…

Le 12 avril 2012, cette employée de "Dynacité" (l’autre nom de l’office) à Bourg-en-Bresse, embauchée en CDI depuis un peu plus d’un an, quitte son poste un jour de pluie. A l’entrée de l’immeuble, elle se saisit d’un parapluie, selon elle laissé sur le sol. Il s’avèrera d’ailleurs qu’il était cassé, ce qui la poussera à le jeter une fois rentrée chez elle.

Problème: le parapluie appartenait à l’une de ses collègues qui se plaint du vol de son parapluie. Les images de la vidéosurveillance identifie évidemment celle qui l’a prise. La salariée reçoit une convocatoin à un entretien préalable au licenciement assorti d’une mise à pied pour cause "d’appropriation de bien d’autrui".

L’employée reconnaît évidemment les faits et propose de racheter le parapluie cassé à sa collègue. Rien n’y fait: elle sera licenciée pour faute grave le 16 mai, mais décide de porter l’affaire devant les tribunaux.

La Cour d’appel de Lyon, dans un arrêt du 4 février 2015, s’il reconnaît que "le vol est caractérisé" et la faute "avérée", estime que les faits ne justifient pas un licenciement, et donc que la sanction est "disproportionnée à la faute commise". Le licenciement est privé de cause réelle et sérieuse. L’employeur portera l’affaire en cassation qui cependera confortera la décision de la Cour d’appel. La salariée pourra donc revenir occuper son poste. Reste à savoir si elle fera…

La minceur apparente de la cause du licenciement n'est pas sans rappeler un cas similaire: l’affaire de la caissière licenciée par Auchan City, à Tourcoing (Nord), dans le cadre du vol par une cliente d’une boîte de sauce tomate à 0,85 euro, dont la réintégration a été annoncée par la direction le 16 août.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'affaire s'est finie devant la Cour de cassation.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-