Air France: à peine ouvert, le procès de la "chemise arrachée" renvoyé en septembre

Air France: à peine ouvert, le procès de la "chemise arrachée" renvoyé en septembre

Publié le 27/05/2016 à 12:58
©KenzoTribouillard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Seize salariés de la compagnie étaient convoqués ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Bobigny après les incidents du 5 octobre dernier. Le directeur des ressources humaines d'Air France avait été agressé et sa chemise arrachée. Le procès a été renvoyé en septembre peu après son ouverture.

Le procès de cinq adhérents de la CGT, jugés pour l'épisode de la "chemise arrachée" du DRH d'Air France, a été renvoyé peu après son ouverture vendredi par le tribunal correctionnel de Bobigny. Saisie d'une demande de renvoi par les avocats de la défense des quinze prévenus, poursuivis pour des faits de violences et de dégradations en réunion lors d'une manifestation du 5 octobre, la cour a décidé de renvoyer l'affaire au 27 et 28 septembre, contre l'avis du procureur.

L'avocate de la CGT Lilia Mhissen avait plaidé la jonction entre cette affaire et des faits présumés d'immixtion dans un conflit social pour lesquels elle avait saisi la justice sous la forme d'une citation directe contre Air France et un vigile.

Elle avait fait valoir qu'Air France, en fermant l'accès au siège où se déroulait le comité central d'entreprise, s'est rendu coupable d'entrave au droit syndical.

Le juge a refusé de se prononcer sur la jonction entre les deux affaires, qui seront donc examinées à la rentrée lors d'une nouvelle audience qui sera elle aussi susceptible d'être renvoyée.

En revanche il a motivé le renvoi par le fait qu'il était préférable d'examiner le dossier sur deux jours d'audience au lieu d'une seule comme c'était prévu ce vendredi.

"La défense des prévenus a tout fait pour ne pas être jugée aujourd'hui. Elle a commencé par une espèce de sabotage de l'audience pour obtenir un renvoi", a déploré Me Baudouin de Moucheron, l'un des avocats de la compagnie aérienne, partie civile au procès.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le procès a été renvoyé en septembre peu après son ouverture.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-