Alençon: les surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe gazés par les policiers (vidéo)

Alençon: les surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe gazés par les policiers (vidéo)

Publié le 07/03/2019 à 13:53 - Mise à jour à 14:15
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Les surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe occupent depuis mercredi 6 l'entrée de l'établissement, après l'attentat qui a fait deux blessés graves dans leurs rangs mardi 5. Ce jeudi 7 au matin, des policiers ont tenté de les disperser en les gazant.

Depuis mercredi, une centaine de surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe occupent l'entrée du centre pénitentiaire. Cela fait suite à l'attentat qui s'est déroulé mardi: un détenu radicalisé a poignardé deux de leurs collègues avec la complicité de sa femme, les blessant gravement.

Dès le lendemain, et à l'appel du syndicat FO, les surveillants bloquaient l'entrée de la prison pour protester contre le manque de moyens et leurs conditions de travail. Ils sont d'ailleurs soutenus par des collègues partout en France, à Marseille par exemple.

Mais ce jeudi à 9h30, les surveillants se sont fait gazer par les forces de l'ordre qui tentaient de les déloger.

A voir aussi: Les surveillants de prison maintiennent la pression deux jours après l'agression de Condé

Une journaliste présente sur place a ainsi pu filmer le désarroi des nombreux surveillants victimes des gaz lacrymogènes des policiers. Certains, à terre, avaient semble-t-il du mal à se remettre de la tentative de délogement.

Les surveillants ont finalement repris leur position peu après les faits. L'un d'entre eux a par ailleurs fait un malaise cardiaque, il a été pris en charge par les pompiers et a quitté les lieux sous les applaudissements de ses collègues.

Mardi matin un détenu radicalisé et sa compagne, qui étaient dans une unité familiale, ont poignardé deux surveillants les blessant grièvement. Après des heures passées retranchés dans cette unité le couple, qui souhaitait mourir en martyr, a finalement été interpellé par les hommes du Raid lors d'un assaut.

Michael Chiolo et sa femme, qui disait être enceinte, ont tous les deux été blessés par balle. Elle est finalement décédée des suites de ses blessures peu de temps après son arrestation.

A lire aussi:

Attaque à la prison d'Alençon: le père du terroriste a voulu tenter une médiation

Agression à la prison de Condé: le détenu radicalisé interpellé, sa compagne tuée

Attaque terroriste à la prison d'Alençon: Mickaël Chiolo voulait "venger Chérif Chekatt"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe qui occupent le centre pénitentiaire se sont fait gazer par des policiers ce jeudi matin.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-