Alerte à la bombe à Vélizy 2: le suspect voulait voir de près une intervention de la police

Alerte à la bombe à Vélizy 2: le suspect voulait voir de près une intervention de la police

Publié le 24/02/2017 à 17:50 - Mise à jour à 17:58
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'homme de 53 ans qui est accusé d'avoir posé une bombe factice mercredi devant le centre commercial de Vélizy 2 a fait des aveux lors de sa garde à vue. Il a admis avoir monté ce "canular" pour assister de près à une intervention policière. Il a été placé en détention provisoire.

Sa volonté, qui n'a semble-t-il visiblement rien de terroriste, risque de lui valoir une très sérieuse sanction judiciaire. D'après la radio Europe 1, l'homme qui a déposé mercredi 22 une cocotte-minute entourée de scotch et surmontée d'un bippeur pour faire croire à une bombe, dans le centre commercial de Vélizy 2 (Yvelines) ne cherchait pas à effrayer les passants. Il voulait surtout assister à une opération de police.

Le suspect a été rapidement arrêté le jour même où il a déposé l'engin inoffensif, mais sans doute effrayant, sur le parking du centre commercial. Les images des caméras de vidéosurveillance l'ont en effet formellement identifié. Placé en garde à vue, il a nié les faits pendant deux jours avant de finalement craquer à la fin des 48 heures de rétention. Il a admis avoir mis en place ce canular pour être au plus près d'une intervention d'urgence, du fait de sa fascination pour les forces de l'ordre.

Lors de sa garde à vue, une perquisition a été effectuée à son domicile. Aucun objet compromettant n'a été découvert. L'homme, connu comme "Pascal D.", est âgé de 53 ans et est inconnu des services de police. Ancien employé de supermarché, il est actuellement gardien d'immeuble de profession.

Si la fouille de son appartement n'a rien donné, une fausse carte de police à son nom –en fait une grossière imitation– a été découverte dans sa voiture.

Le suspect a été présenté en comparution immédiate devant le tribunal de Versailles le vendredi 24, mais son dossier a été renvoyé. Il comparaîtra de nouveau le 31 mars après une nouvelle expertise psychiatrique. Dans l'attente de son procès, il a été placé en détention provisoire.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le suspect était fasciné par la police et souhaitait assister de près à une intervention.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-