Algérie: le journaliste Mohamed Tamalt, incarcéré pour "offense" à Bouteflika, meurt en prison après une grève de la faim

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Algérie: le journaliste Mohamed Tamalt, incarcéré pour "offense" à Bouteflika, meurt en prison après une grève de la faim

Publié le 13/12/2016 à 10:32 - Mise à jour à 10:54
©Capture d'écran Facebook
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un journaliste a perdu la vie le 11 décembre dans les geôles algériennes, sans doute des suites d'une grève de la faim qu'il avait entamée pour protester contre sa condamnation. Il lui était reproché la publication de contenus "offensants" contre le président Abdelaziz Bouteflika.

Pour protester contre sa détention pour un délit d’opinion, il avait entamé une grève de la faim. Il en est mort. Pour la première fois depuis la fin de la guerre civile en Algérie en 2002, un journaliste est décédé en détention. Mohamed Tamalt, âgé de 42 ans, voulait protester par son geste contre sa condamnation à deux ans de prison pour "offense au président de la République" et "outrage à un corps constitué".

Sa "faute"? Le journaliste pour le quotidien El Khabar a été reconnu coupable d’avoir publié des contenus –en l’occurrence des vidéos et des poèmes– jugés insultants à l’encontre d’Abdelaziz Bouteflika. Les contenus en question n’avaient d’ailleurs pas été diffusés dans les pages du journal, mais uniquement sur un blog personnel que le journaliste animait, et sur sa page Facebook.

Mohamed Tamalt, qui résidait à Londres où il était correspondant pour son journal, faisait régulièrement la navette avec l’Algérie. C’est lors de l’un de ses voyages qu’il a été arrêté selon l’association Reporters sans frontières (RSF). Dès le jour de son arrestation, le 27 juin 2016, le journaliste a décidé d’entamer une grève de la faim en guise de protestation. Un choix qu’il poussera jusqu’à l’extrême. Trois mois après l’avoir débuté, il sombrera finalement dans le coma.

Soigné depuis à l’hôpital Bab el-Oued à Alger, il a contracté, selon l’administration pénitentiaire, une infection pulmonaire, sans doute favorisée par son état général dégradé du fait de son refus de s’alimenter, dont il décédera au bout de dix jours.

Reporters sans frontières a déjà annoncé "une demande de contre-expertise médicale, sachant que nous avons déjà déposé une plainte pour mauvais traitements auprès du procureur de la république, sans résultats satisfaisants pour le moment".

Selon le classement RSF de la liberté de la presse dans le monde, l’Algérie ne pointe qu’à la 129e place sur 180 pays notés.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Mohamed Tamal était âgé de 42 ans.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-