Amiens: 5 surveillants arrêtés pour trafic de drogue en prison

Amiens: 5 surveillants arrêtés pour trafic de drogue en prison

Publié le 03/02/2015 à 17:09 - Mise à jour à 17:12
©Henry Hagnäs/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Neuf personnes, dont cinq gardiens, ont été arrêtées dans le cadre d'une affaire de trafic de stupéfiants à la maison d'arrêt d'Amiens, dans la Somme, ce mardi matin.

Ils vont peut-être eux aussi se retrouver derrière les barreaux. Cinq surveillants de la maison d'arrêt d'Amiens (Somme) ont été arrêtés par la police judiciaire de Lille dans le cadre d'un coup de filet anti-drogue, ce mardi matin. Ils sont soupçonnés d'avoir alimenté en stupéfiants et en téléphones portables les détenus de la prison où ils travaillent, selon RTL qui dévoile les faits.

Les surveillants "ont été interpellés chez eux ce matin à 06H00, (...) il y a présomption de trafic (de drogue et de portables, NDLR) dans le cadre de leur fonction", a affirmé Luc Rody, secrétaire CGT national et régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie et surveillant à la maison d'arrêt d'Amiens, cité par FranceTV info.

"Je fais partie des plus anciens de l'établissement (...). Ils font partie du service d'étage. Je n'aurais pas imaginé, quand je travaille avec eux je n'ai aucun souci", a-t-il également assuré, sans souhaiter en dire plus sur leur profil.

Au total, les enquêteurs ont interpellé neuf personnes dans le cadre de cette affaire de trafic de stupéfiants au sein de la prison d'Amiens (Somme). Parmi les neuf personnes arrêtées, figurent donc les cinq surveillants, mais aussi un détenu récemment libéré et trois membres de son entourage, a indiqué une source proche de l'enquête. Tous sont actuellement en garde à vue.

Toujours selon RTL, des fouilles sont actuellement menées dans un certain nombre de cellules de la maison d'arrêt d'Amiens, probablement afin de trouver des preuves liées à ce trafic.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Outre les cinq gardiens, un ancien détenu a été interpellé.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-