Amiens: soupçonné d'avoir tué son colocataire sur fond d'alcool, il vivait avec le cadavre en putréfaction

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Amiens: soupçonné d'avoir tué son colocataire sur fond d'alcool, il vivait avec le cadavre en putréfaction

Publié le 26/06/2017 à 18:30 - Mise à jour à 18:31
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

C'est une histoire sordide dont tous les éléments ne sont pas encore connus. Mais d'après les premières indications de l'enquête c'est bien vers un homicide sur fond d'alcool que l'on se dirige. Samedi 24, les policiers ont découvert dans un appartement à Amiens (Somme) le corps en putréfaction d'un homme. Un suspect a été arrêté, il s'agit du colocataire qui vivait en compagnie du cadavre dans une puanteur indescriptible de l'aveu même des voisins.

Ce jour-là en début d'après-midi, la police se décide en effet à intervenir après des plaintes continues du voisinage dans un quartier résidentiel constitué de petits immeubles de la capitale picarde. Une odeur de putréfaction, comparée par le voisinage à "du bétail mort" se dégage d'un petit appartement où vivent deux hommes peu connus du quartier mais dont l'entourage avait déjà pu noter la tendance à la dispute et à l'alcoolisme. Lorsque les voisins se décidaient à frapper à la porte, constatant même la présence de vers sur le palier, l'un des occupants ouvrait et prétextait une "viande qui avait tourné" pour expliquer l'odeur incommodante.

Les forces de l'ordre intervenant en passant par le balcon ont alors vite réalisé l'origine de la nuisance. Le corps de l'autre colocataire, un homme d'une cinquantaine d'années, gisait tué d'au moins un coup de couteau. Le cadavre pourrissait dans le logement, la décomposition étant accentuée par la forte chaleur. Selon les premières constatations, la mort remontrait à environ une semaine.

L'autre colocataire a été arrêté et placé en garde à vue. Il est bien entendu le principal suspect de l'homicide, les enquêteurs privilégiant la thèse d'une dispute d'ivrognes qui a mal tourné.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers ont dû passer par le balcon et ont vitre découvert l'origine de l'odeur.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-