L'anesthésiste photographiait ses patientes nues, il peut continuer à exercer

L'anesthésiste photographiait ses patientes nues, il peut continuer à exercer

Publié le 17/10/2018 à 10:42 - Mise à jour à 11:10
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

L'anesthésiste qui photographiait ses patientes endormies et nues a été condamné à un an avec sursis mardi à Mont-de-Marsan. Il récupère toutefois son droit d'exercer.

Le prévenu a justifié ses actes en expliquant "apprécier la beauté féminine" et s'est défini "comme un collectionneur". Un anesthésiste de l'hôpital Layné de Mont-de-Marsan (Landes) a été condamné mardi 16 à un an de prison avec sursis et à 15.000 euros d'amende pour avoir pris des photos de patientes à leur insu au bloc opératoire. A noter qu'il conserve toutefois son droit d'exercer la médecine.

Selon France Bleu Gascogne, qui rapporte les faits, "entre 2010 et 2014, le médecin avait des photos en salle d'accouchement, en salle de réveil, au bloc opératoire avec un téléphone portable ou une tablette. Des photos dénudées de patientes, certaines étaient endormies, d'autres non, mais aucune, en tout cas, ne se rend compte qu'elle est photographiée".

Lire aussi - Un anesthésiste accusé d'avoir tué sa femme et sa fille avec un ballon de yoga rempli de gaz

A la barre, le prévenu a donc "dit apprécier la beauté féminine", et s'était défini "comme un collectionneur", mais a nié toute déviance sexuelle. Pour justifier ses actes, il a expliqué être sur le coup d'un important surmenage au moment des faits. Il fait l'objet d'une mise à pied professionnelle depuis 4 ans.

Le parquet de Mont-de-Marsan avait requis un an de prison, 30.000 euros d'amende et l'interdiction définitive d'exercer. L'anesthésiste a finalement écopé de moins. Il devra part ailleurs verser des dommages et intérêts aux quatre femmes qui se sont portées parties civiles, entre 2.000 et 3.000 euros par victime mais a obtenu le droit d'exercer à nouveau.

Voir:

Lisieux: une bagarre entre un urulogue et un anesthésiste dans le bloc opératoire

Une anesthésiste condamnée après la mort d'une femme en couches

Montauban: un anesthésiste soupçonné d'avoir abusé d'une patiente endormie

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'anesthésiste a nié toute déviance sexuelle.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-