Ange Dibenesha: sa mort serait d'origine toxique, révèle l'autopsie

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Ange Dibenesha: sa mort serait d'origine toxique, révèle l'autopsie

Publié le 02/04/2019 à 07:59 - Mise à jour à 08:00
©Capture d'écran Twitter
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Les premiers résultats de l'autopsie du corps d'Ange Dibenesha ont révélé que la mort du jeune homme de 31 ans serait liée à une défaillance cardio-vasculaire probablement "d'origine toxique", selon le médecin légiste.

Alors que la famille d'Ange Dibenesha attend toujours de comprendre ce qui est arrivé entre le contrôle de police du jeune homme, dans la nuit de mercredi à jeudi à Paris, et le coup de téléphone qu'ils ont reçu vendredi pour leur signaler qu'il était en état de mort cérébrale (avant qu'il ne soit finalement débranché samedi), l'autopsie a livré ses premiers résultats.

Selon une information du Parisien, le trentenaire aurait été victime d'une défaillance cardio-vasculaire probablement "d'origine toxique".

Mais pour l'heure, aucun élément n'a été communiqué sur la substance qui a mené à cette réaction.

Les investigations se poursuivent pour faire toute la lumière sur les circonstances et les causes exactes de la mort d'Ange Dibenesha.

Lire aussi: mort d'Ange Dibenesha - la police explique les circonstances de son arrestation

Le jeune homme a fait l'objet d'un contrôle routier jeudi, vers 1h50 du matin au niveau de la porte d'Italie (13e arrondissement de Paris). Il a été placé en garde à vue puisqu'il conduisait alors que son permis était annulé. Le test d'alcoolémie a aussi révélé un taux positif.

La Préfecture de police a expliqué dans un communiqué qu'il avait ensuite été pris de convulsions, sur les lieux de son arrestation, après avoir ingéré "une substance non identifiée".

Les pompiers sont ensuite intervenus sur place et lui ont prodigué un massage cardiaque. Puis le Samu l'a transporté à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.

Les autorités ne se sont pas exprimées publiquement sur le temps mis pour prévenir les proches de la victime de son état de santé.

Précédemment:

Paris: mort d'un jeune homme d'origine congolaise après une arrestation musclée

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Ange Dibenesha est mort samedi matin, plus de 48h après avoir subi un contrôle de police.

Newsletter





Commentaires

-