Angers: le pédophile suit des petites filles dans le magasin de bricolage, il voulait juste "se mettre à l'épreuve"

Angers: le pédophile suit des petites filles dans le magasin de bricolage, il voulait juste "se mettre à l'épreuve"

Publié le 26/07/2017 à 10:29 - Mise à jour à 10:37
©Michael Coghlan/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme de 66 ans, condamné pour des attouchements pédophiles en 2016, était de nouveau devant la barre du tribunal lundi. Il lui est reproché d'aller à l'encontre de son interdiction de rentrer en contact avec des mineurs, notamment en suivant des petites filles dans un magasin de bricolage. Il explique de son côté qu'il veut ainsi s'assurer qu'il n'avait plus de "pulsions".

Il le jure, cette fois-ci il ne chassait pas les petites filles sur les lieux où, trois auparavant, il avait commis des actes similaires. Un homme de 66 ans comparaissait lundi à la barre du tribunal correctionnel d'Angers.

L'acte d'accusation lui reproche de s'être rendu les 19 et 21 juin dernier au magasin Leroy-Merlin de Saint-Barthélémy-d'Anjou (Maine-et-Loire). Là, il aurait suivi des fillettes âgées de 5 ou 6 ans et serait resté à côté des enfants, certes sans les agresser. Mais par cet acte, il irait à l'encontre d'une interdiction qui lui a été faite, par décision de justice, d'entrer en contact avec des mineurs.

Car Serge Laycuras est loin d'être un inconnu dans les affaires de mœurs sur des enfants. En 2014, dans le même magasin, il avait déjà suivi une petite fille, mais était cette fois passé à l'acte: il avait soulevé la jupe de la malheureuse enfant et avait caressé son intimité. Repéré par des vigiles, il avait été arrêté et une enquête montrera qu'il avait agressé de la sorte six petites filles de 2010 à 2014. Lui expliquait que "c'est dans (sa) nature d'être affectif". L'ancien militaire avait écopé de trois ans de prison dont un avec sursis.

Mais pour les nouveaux faits qui lui sont reprochés, l'accusé assure que les juges se méprennent. Oui il regardait l'enfant mais promet ne pas avoir eu "de pulsions". C'était même une manière pour lui de se tester. Le quotidien Ouest-France avait déclaré lors de sa garde à vue que suivre des fillettes dans ce magasin était pour lui une manière de "se mettre à l'épreuve". Et la petite enfant en question était une bonne manière de faire le point car, en l'occurrence, "elle était vraiment jolie, on voyait sa culotte blanche".

A la barre, il est également reproché à l'homme de "flirte(r) avec les limites". Et pour cause: le sexagénaire est depuis le mois de janvier bénévole au musée des métiers de Saint-Laurent-de-la-Plaine, un lieu qui reçoit –notamment via des visites scolaires– pas moins de 3.000 mineurs chaque année. Et il a déjà été vu en compagnie de certains d'entre eux, en train de discuter.

Les juges auront surtout à devoir trancher la limite exacte de l'interdiction qui lui a été faite lors de sa précédente condamnation. " Il n’a pas interdiction d’être en présence d’enfants, mais d’entrer en contact habituel avec des mineurs, ce qui n’était pas le cas au musée" assure ainsi son avocate. Du côté de l'accusation, on dénonce une attitude jugée "effrayante" de la part du pédophile. La procureure a requis six mois de prison ferme. Le verdict sera rendu en septembre.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'accusation a requis six mois de prison.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-