Angoulême: des grillages anti-SDF installés par la mairie provoquent la polémique

Auteur(s)
AS
Publié le 25 décembre 2014 - 14:22
Mis à jour le 26 décembre 2014 - 10:12
Image
Certains bancs du centre ville sont grillagés pour éviter que les SDF ne s'y installent.
Crédits
©Emilien Ruiz/Twitter
Certains bancs du centre ville sont grillagés pour éviter que les SDF ne s'installent sur place
©Emilien Ruiz/Twitter
La mairie d'Angoulême a fait ériger mercredi 24 des grillages pour entourer une poignée de bancs publics situés dans le centre ville. La réaction des riverains sur les réseaux sociaux ne s'est pas fait attendre, entre indignation et satisfaction.

 

La mairie d'Angoulême a fait ériger mercredi 24 des grillages pour entourer une poignée de bancs publics situés dans le centre ville pour éviter que les SDF ne s'y installent. Une décision qui a vivement fait réagir les riverains, à la veille de Noël. 

"Des grillages anti-sdf à #Angoulême voilà la définition du mot solidarité du maire d'Angoulême #sdf" s'indigne une riveraine sur le réseau social Twitter, "En cette fin d'année 2014, @xavierbonnefont, maire d'Angoulême, vous redonne foi en l'humanité" ironise un autre. D'autres habitants ont au contraire salué l'action de la mairie de la ville.

Xavier Bonnefont, le maire UMP n'a pas réagi sur les réseaux sociaux. L'objectif affiché par la mairie était de décourager l'installation de sans domicile fixe alcoolisés à cet endroit proche d'une galerie marchande. Mais la mairie assure que la concomitance de ce montage avec les fêtes de Noël est "fortuite". Les photos postées sur Internet montrent des bancs encagés peu amènes.

La mairie assure que cette décision a été prise avec l'avis des commerçants du coin, affirmant que ces bancs sont utilisés "quasi-exclusivement par des personnes qui se livrent à une alcoolisation récurrente". L'adjoint au maire chargé de la sécurité, Jean Guiton, a également expliqué tenir compte des doléances des passants et des riverains, qui assistaient parfois à des bagarres alcoolisées. La mairie rappelle qu'elle a également mis en place une médiation sociale auprès des SDF d'Angoulême, proposant notamment à une vingtaine d'entre eux de s'adonner à des activités sportives.

Patrick Doutreligne, le président de la Fondation Abbé Pierre a réagi à cet équipement, qui serait temporaire. "Cela reste des voisins. C'est au citoyen de réagir et de dire que ca va trop loin. Le problème est réel, mais on peut le traiter de façon humaine, intelligente".