Antibes: le commissariat de police infecté par la gale, 5 agents contaminés

Antibes: le commissariat de police infecté par la gale, 5 agents contaminés

Publié le 01/03/2017 à 12:44 - Mise à jour à 12:48
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Depuis plus de 15 jours, les acariens responsables de la gale ont envahi le commissariat d'Antibes (Alpes-Maritimes), contaminant cinq agent. Une opération de décontamination a eu lieu dans les locaux en début de semaine pour éradiquer ces nuisibles.

Opération nettoyage. Appelés les sarcoptes, les acariens responsables de la gale ont envahi depuis plus de 15 jours le commissariat d'Antibes (Alpes-Maritimes). Selon les informations de Nice-Matin, cinq agents ont été contaminés par cette infection cutanée contagieuse. "Il n’y a rien d’étonnant. Nous sommes confrontés à une population variée", a expliqué la commissaire Valérie Zettor dans les colonnes du quotidien. Et d'ajouter: "ce n’est pas la première fois que cela arrive au commissariat même si c’est la première fois que nous avons des agents impactés".

Alors pour éradiquer cet acarien, une opération de décontamination a eu lieu dans les locaux en début de semaine. Et pour celles et ceux qui se posent la question, il n'y a aucune crainte pour les personnes qui se sont rendues au commissariat ces 15 derniers jours. Elles ne seraient pas impactées.

Selon le site de l'Assurance maladie, la gale est une maladie contagieuse de la peau due à un parasite à huit pattes, minuscule et invisible à l'œil nu. Elle se transmet par des contacts rapprochés et se manifeste essentiellement par des démangeaisons et des lésions cutanées de grattage à différents endroits: entre les doigts des mains, à l'avant des poignets, sur les coudes et les avant-bras, au niveau du nombril, à l'intérieur des cuisses, au niveau des organes génitaux chez l'homme et des mamelons chez la femme, sur les fesses.  

Une fois le diagnostic posé, le patient est traité dans la journée. Et après 72 heures, il n'est plus considéré comme contagieux. Bien traitée, la gale se guérit mais les démangeaisons peuvent se poursuivre pendant deux à quatre semaines. Les complications sont rares.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Cinq fonctionnaires du commissariat central d'Antibes ont été contaminés par la gale.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-