Argelès-sur-Mer: un sexagénaire meurt noyé

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Argelès-sur-Mer: un sexagénaire meurt noyé

Publié le 09/08/2016 à 12:45 - Mise à jour à 12:50
©Paul Dunleavy/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme de 63 ans est mort noyé lundi vers 18 heures à Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). Les pompiers et les sauveteurs n'ont pas réussi à le réanimer.

Lundi 8, vers 18 heures, un homme de 63 ans est décédé des suites d'une noyade sur la plage de Marenda à Argelès-sur-Mer dans les Pyrénées-Orientales, selon le journal L'Indépendant. L'homme se baignait pourtant en face du poste de secours de la plage. L'alerte a été lancée quelques minutes plus tard alors que le vacancier semblait en difficulté.

Les sauveteurs prévenus se sont précipités pour le sortir de l'eau. Ils l'ont trouvé inconscient et ont immédiatement appelé les pompiers. Ces derniers, ainsi que l'hélicoptère Dragon 66 et la sécurité civile n'ont pas réussi à le réanimer malgré leurs efforts.

L'homme a malheureusement succombé avant son transfert. Selon les premiers éléments, il serait décédé par noyade, mais la thèse de l'hydrocution n'est pas exclue.  

En effet, la température sur la plage de Marenda était de 30° et la température dans l'eau n'était que de 20°. Cela est dû à la tramontane qui garde l'eau au frais même lorsque le soleil tape et que le temps est caniculaire. Résultat, les risques d'hydrocution ou de choc thermique (différence de température entre le corps et l'eau) sont importants.

Pour contrer ce risque, il est conseillé de ne pas entrer trop rapidement dans l'eau si elle est froide et de ne pas s'exposer trop longtemps au soleil. Il est préférable de se mouiller la nuque, le dos et le ventre pour que le corps s'habitue à la différence de température.

Les plaisirs de la plage et des vacances sont parfois traîtres. Même un nageur endurci peut être happé par les vagues et un simple jeu dans le sable peut devenir extrêmement dangereux… 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Avec une température atteignant les 30° sur la plage et 20° dans l'eau, la thèse de l'hydrocution n'est pas exclue.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-