Assassinat du frère de Kim Jong-un: une des suspectes pensait participer à une "caméra cachée"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Assassinat du frère de Kim Jong-un: une des suspectes pensait participer à une "caméra cachée"

Publié le 20/02/2017 à 13:42 - Mise à jour à 14:05
©Toshifumi Kitamura/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'enquête sur la mort de Kim Jong-nam, demi-frère de Kim Jong-un, progresse avec l'arrestation de trois personnes. Deux femmes sont suspectées de lui avoir injecté le produit mortel et un Nord-Coréen d'avoir participé avec quatre autres compatriotes à la préparation et l'organisation de cet assassinat.

La défense paraît tout de même un peu bancale. Cinq ressortissants de Corée du Nord sont soupçonnés d'être impliqués dans l'attaque du demi-frère de Kim-Jong-Un, Kim Jong-nam, tué au beau milieu de l'aéroport malaisien de Kuala Lumpur lundi 13. Deux femmes, une Indonésienne de 25 ans et une Vietnamienne de 28 ans, ont été également interpellées.

Identifiées par des caméras de surveillance de l’aéroport, les deux femmes responsables de l'attaque ont en effet déclaré qu’elles ignoraient que le liquide dont elles se sont servies était mortel. L'une d'elle, Siti Aishah, masseuse dans un spa, a expliqué qu'elle croyait participer à une émission de télévision. Le but du jeu: asperger le visage d'une personne avec un liquide inoffensif. 

On en sait désormais un peu sur le déroulement de l'attaque grâce aux images récupérées par une chaîne japonaise, Fuji TV. L'une des suspectes lui fait face quand l’autre le saisit brusquement et lui applique, par derrière, une forme de tissu sur le visage avant de repartir aussitôt dans des directions distinctes. Kim Jong-Nam va ensuite pêtre pris en charge par le personnel de l'aéroport et évacué vers une clinique. Il mourra d'une crise cardiaque lors du trajet.

Les enquêteurs sont convaincus d'avoir appréhendé vendredi 17 au soir l'un des membres du "commando" nord-coréen, commanditaire de l'attaque. Arrêté dans un appartement de Selangor, en Malaisie, Ri Jong-chol est ainsi toujours interrogé par la police qui aurait aussi retrouvé, sur des images de caméras de surveillance, la trace de quatre autres Nord-Coréens. Les quatre autres suspects auraient quitté Kuala-Lumpur le jour du meurtre pour s'envoler pour Jakarta, en Indonésie, d'où ils auraient gagné les Emirats arabes-unis puis Vladivostok en Russie, avant d'entrer en Corée du Nord. 

Ces révélations ont déclenché la colère des autorités malaisiennes qui ont immédiatement convoqué l'ambassadeur de Pyongyang pour "consultation" ce lundi 20. De son côté, la Corée du Nord avait accusé la Malaisie de s'associer aux "forces hostiles" pour faire du tort à sa réputation, alors que le pays était avant considéré comme plutôt tolérant à l'encontre de la dictature stalinienne.

Kim Jong-Nam, 45 ans, un temps pressenti pour être l'héritier du régime, était tombé en disgrâce après son arrestation en 2001 à l'aéroport de Tokyo avec un passeport falsifié de la République dominicaine. Il avait ensuite vécu en exil de fait avec sa famille, à Macao, Singapour ou en Chine. Les annonces de purges, d'exécutions et de disparitions, certaines confirmées, d'autres non, sont fréquentes depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un fin 2011.

(Voir ci-dessous les images de l'agression de Kim Jong-nam):

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Kim Jong-nam (ici en 2001) était âgé de 45 ans.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-