Assaut à Saint-Denis: les sinistrés, furieux, réclament toujours un relogement définitif

Assaut à Saint-Denis: les sinistrés, furieux, réclament toujours un relogement définitif

Publié le 19/01/2016 à 18:47 - Mise à jour à 18:56
©Eric Feferberg/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Deux mois après l'assaut mené à Saint-Denis contre Abdelhamid Abaoud, les sinistrés de l'immeuble ravagé n'ont, pour la plupart, toujours pas été relogés.

Ils ont frôlé la mort, mais sont toujours en difficulté. Deux mois après l'assaut mené à Saint-Denis par les hommes du RAID contre le cerveau présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaoud, seulement un tiers des 43 ménages qui vivaient dans l'immeuble ciblé ont été relogés. Pour plusieurs de ces habitants, c'est une humiliation. "On a appris que les assurances s'étaient réunies et qu'il n'y avait aucune indemnisation, on n'avait pas le statut de victime accordé par l'Etat. On est humilié", a lâché à Franceinfo Abdel, qui vivait avec sa femme et sa fille en face de l'appartement où s'étaient cachés les terroristes.

Le sinistrés du 8, rue du Corbillon, ont défilé lundi 18 dans les rues de la ville, accompagnés de plusieurs soutiens. Ils réclament un relogement définitif, la reconnaissance de leur statut de victimes, mais aussi la régularisation des personnes sans-papiers. "La plupart des familles n’ont toujours pas reçu de proposition de relogement", regrette la municipalité de Saint-Denis, cité par Le Parisien. Le préfet Phillippe Galli a lui voulu rassurer les ménages en rappelant que "le relogement est toujours très long". "Il nous a fallu un mois et demi pour obtenir la liste des habitants de l’immeuble. Nous avons fait quinze propositions sur le contingent de l’Etat: sept ont été validées, deux ont été refusées et les six autres seront examinées cette semaine".

Aujourd'hui, les personnes qui n'ont pas pu être relogées dorment provisoirement dans des hébergements sociaux, ou à l'hôtel.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'immeuble ravagé lors de l'assaut de Saint-Denis, le 18 novembre 2015.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-