Attaque à Orly: deux hommes en garde à vue soupçonnés d'avoir fourni l'arme au terroriste djihadiste

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Attaque à Orly: deux hommes en garde à vue soupçonnés d'avoir fourni l'arme au terroriste djihadiste

Publié le 21/03/2017 à 11:55 - Mise à jour à 12:10
© Benjamin CREMEL / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Deux hommes ont été placés en garde à vue lundi 20. Ils sont soupçonnés d'avoir fourni à Ziyed Ben Belgacem l'arme qu'il a utilisé contre un policier lors d'un contrôle d'identité quelques heures avant l'attaque de l'aéroport d'Orly samedi et toujours en sa possession au moment des faits.

Après l'attaque de Ziyed Ben Belgacem à l'aéroport d'Orly samedi matin, l'enquête continue d'avancer. Lundi 20, deux hommes soupçonnés d'avoir fourni à Ziyed Ben Belgacem une arme ont été placés en garde à vue. Le premier dans l'après-midi et le second plus tard dans la soirée. Ils sont soupçonnés d'avoir donné au terroriste le pistolet à grenaille utilisé par ce dernier pour tirer sur un policier lors d'un contrôle d'identité à Garges-lés-Gonesse, puis toujours en sa possession quelques heures plus tard au moment où il s'est attaqué à des militaires à l'aéroport, a indiqué une source policière citée par l'AFP.

Des mandats de recherches avaient été lancés depuis dimanche 19 à l'encontre des deux individus âgés de 30 et 43 ans. Les renseignements récoltés par les enquêteurs et les investigations lancées ont permis de les identifier.

Le père de l'assaillant avait également été placé en garde à vue, ainsi que le frère et un cousin venus qui se sont présentés d'eux-mêmes samedi 18, au commissariat. A ce stade, aucun lien de complicité n'a été établi, et les trois hommes ont été relâchés samedi et dimanche soir.

Ziyed Ben Belgacem était un Français d'origine tunisienne de 39 ans, condamné à plusieurs reprises pour des vols et trafic de stupéfiants et signalé comme radicalisé en prison. Sous l'emprise de l'alcool et des stupéfiants, il s'est attaqué samedi à une militaire de l'opération Sentinelle à l'aéroport d'Orly-Sud (Val-de-Marne), se disant prêt à "mourir" au nom d'Allah, au terme d'une équipée violente et solitaire à travers la banlieue parisienne. Il a été abattu à l'aéroport par des militaires.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des mandats de recherches avaient été lancés depuis dimanche 19 à l'encontre des deux individus âgés de 30 et 43 ans.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-