Attentat de Marseille - Enquête: les cinq personnes gardées à vue ont été relâchées faute d'éléments incriminants

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Attentat de Marseille - Enquête: les cinq personnes gardées à vue ont été relâchées faute d'éléments incriminants

Publié le 06/10/2017 à 18:12 - Mise à jour à 18:18
© LEON NEAL / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les cinq personnes placées en garde à vue après l'attaque à Marseille dimanche, au cours de laquelle Ahmed Hanachi a tué deux jeunes cousines avant d'être abattu, ont été remises en liberté.

L'enquête sur l'attentat de la gare Saint-Charles De Marseille qui a fait deux victimes, deux cousines, dimanche 1er se poursuit. Ce vendredi 6, les cinq personnes de l'entourage du terroriste présumé Ahmed Hanachi, qui se trouvaient en garde à vue, ont été relâchées.

Ils avaient été interpellés pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Si les forces de l'ordre cherchaient à savoir si elles avaient pu apporter un soutien financier ou matériel au tueur, aucun élément incriminant n'a permis leur mise en examen. Elles ont donc été remises en liberté.

Les enquêteurs cherchent à retracer le parcours d'Ahmed Hanachi et à comprendre notamment chez qui ce Tunisien de 29 ans, arrivé en train en provenance de Lyon, avait dormi samedi 30 au soir. 

Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed a indiqué jeudi 5 que l'enquête sur l'auteur de l'attentat n'avait jusque-là pas mis en évidence de liens avec des groupes "terroristes" dans son pays. "L'enquête est en cours, nous n'avons pas vraiment de lien aujourd'hui ou de preuve qui prouve l'attachement, quand cette personne était en Tunisie, avec des groupes terroristes ou Daech" (acronyme arabe de l'organisation Etat islamique), a-t-il déclaré à la presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue français Edouard Philippe.

Les proches du criminel l'ont décrit comme un toxicomane et non comme un islamiste. Selon son père, la revendication de l'attentat émise par l'organisation Etat islamique est un mensonge. "Cette histoire de Daech pour moi c'est impossible", a-t-il fait savoir. Et d'ajouter: "Peut-être qu'il était sous l'effet de la drogue" quand il a assassiné les deux cousines, Maurane et Laura.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les cinq personnes placées en garde à vue pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" ont été remises en liberté.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-