Attentat déjoué: procès des trois radicalisés qui voulait décapiter un militaire

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Attentat déjoué: procès des trois radicalisés qui voulait décapiter un militaire

Publié le 09/04/2018 à 13:46 - Mise à jour à 14:01
© DAMIEN MEYER / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Trois jeunes Français radicalisés, soupçonnés d'avoir projeté en 2015 l'attaque d'un site militaire du cap Béar, dans le Sud-Ouest, sont jugés à partir de ce lundi devant la cour d'assises des mineurs de Paris. Ils auraient prévu de filmer la décapitation du commandant.

Comptaient-ils vraiment passer à l'acte? La question sera au centre du procès de trois jeunes hommes radicalisés qui avaient pour projet de décapiter un militaire au nom de l'Etat islamique. Ils seront interpellés en juillet 2015. Leur procès a débuté ce lundi 9.

La cour d'assises de Paris, spécialement composée car l'un des accusés était mineur au moment des faits, devra notamment faire le tri entre d'une part les éléments de radicalisation flagrants et les recherches inquiétantes de ces jeunes, et d'autre part le côté très amateur de leurs plans auxquels ils disent avoir renoncé avant leur interpellation.

Voir: Trois jeunes aux assises pour un projet d'attentat contre un site militaire

Ismael, 20 ans aujourd'hui, Antoine, 22 ans et Djebril, 25 ans, s'étaient connus en 2014 sur le forum du site jeuxvideo.com. Ils avaient évoqué leur volonté de rejoindre l'Etat islamique en zone irako-syrienne, avant même que les attentats de janvier 2015 ne confrontent la France aux premiers d'une longue liste d'attaques djihadistes.

Le plus jeune membre du trio sera entendu par la DGSI et écopera d'une interdiction de sortie du territoire. Le plus âgé, Djebril, aurait alors proposé de frapper en France. Ancien matelot de première classe réformé, il reconnaît avoir été à l'initiative du projet: enlever le commandant du sémaphore de Béar et filmer sa décapitation.

Chez ce jeune homme abreuvé aux vidéos de propagande de Daech, les enquêteurs retrouveront de nombreux documents et notamment des guides pour commettre des attentats et fabriquer des bombes. Mais pour attaquer un fortin de l'armée et en enlever le chef, les trois individus ne disposaient finalement que d'armes blanches.

Ce faible niveau de préparation matérielle devrait être au centre de la ligne de défense des trois jeunes, afin de montrer que ce projet ne relevait que des discussions vagues de jeunes en perte de repères. Il a même été un temps question que le procès se déroule devant un tribunal correctionnel. Mais l'instruction a de son côté relevé des "actes préparatoires visant à commettre un attentat en France". Le procès qui se tient à huis-clos doit s'achever vendredi 13.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les trois jeunes radicalisés prévoyaient d’attaquer le sémaphore du cap de Béar et d'en décapiter le commandant.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-