Attentat déjoué: les trois suspects mis en examen et écroués

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Attentat déjoué: les trois suspects mis en examen et écroués

Publié le 18/07/2015 à 11:35
©Jean-Pierre Bazar/Wikimedia Commons
PARTAGER :

Auteur(s): JmC

-A +A

Après quatre jours de garde à vue, les trois suspects de 17, 19 et 23 ans arrêtés lundi 13 et qui projetaient un attentat contre une installation militaire des Pyrénées-Orientales ont été mis en examen et écroués.

Les trois suspects qui projetaient de commettre un attentat terroriste contre l'installation militaire du Fort Béar, dans les Pyrénées-Orientales, ont été ont été mis en examen pour "association de malfaiteur en lien avec une entreprise terroriste criminelle" et écroués samedi 18.

Après quatre jours de garde à vue au siège de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) depuis leur interpellation lundi 13, ils ont été placés en détention provisoire.

Agés de 17, 19 et 23 ans, ils projetaient leur attentat "fin décembre 2015-début janvier 2016", selon le parquet. Tous trois s'étaient connus sur Internet via des sites de propagande djihadistes et projetaient de se rendre Syrie faire le djihad (guerre sainte). Arrêté en même temps qu'eux, un adolescent de 16 ans a été remis en liberté mercredi soir, les déclarations des trois autres ayant déterminé qu'il avait été "écarté" du projet, selon une source judiciaire.

Le "cerveau" du complot est le mineur de 17 ans, qui habite Beuvrages (Nord) dans sa famille installée là depuis une trentaine d'années; c'est sa mère qui avait signalé à la police ses agissements suspects sur Internet. Dans l'impossibilité de se rendre en Syrie, il avait alors reçu instruction d'un djihadiste se trouvant en Syrie de "frapper sur place en France", selon le procureur de Paris, François Molins. Il avait alors contacté sur les réseaux sociaux trois autres personnes, l'adolescent de 16 ans, et Antoine Frèrejean (19 ans) et Djebril Amara (23 ans), eux aussi militants djihadistes présumés.

Outre l'attaque du camp militaire de Fort Béar, le commando prévoyait d’enlever un haut gradé, de le décapiter, de filmer cet assassinat et d'en diffuser la vidéo sur Internet, selon les déclarations qu'ils ont faites aux enquêteurs.

 

 

 

 

Auteur(s): JmC


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le Fort Bréa, camp militaire des Pyrénées-Orientales, était la cible du commando.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-