Attentat djihadiste déjoué à Rennes: une étudiante en "taqiya" à la recherche d'une kalachnikov

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Attentat djihadiste déjoué à Rennes: une étudiante en "taqiya" à la recherche d'une kalachnikov

Publié le 10/01/2018 à 18:48 - Mise à jour à 18:57
©Wikimedia Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'étudiante à la Sorbone radicalisée arrêtée en décembre dans l'Essonne avait pour projet d'attaquer à la kalachnikov des lieux "festifs" de Rennes, révèle ce mercredi "Le Point". Elle aurait longtemps échappé au radar des renseignements en pratiquant la "taqiya" pour dissimuler sa sympathie envers les thèses de l'Etat islamique.

Une étudiante de 19 ans a été arrêtée mi-décembre dans l'Essonne, suspectée d'avoir planifier un attentat à Rennes. Cette jeune femme radicalisée a clairement revendiqué son appartenance à la mouvance djihadiste, ce que son comportement ne laissait pourtant en aucun cas deviner, révèle Le Point ce mercredi 10.

La jeune fille aurait en effet affirmé avoir pratiqué la "taqiya", c'est à dire enfreindre certaines règles de l'islam rigoriste publiquement afin de dissimuler sa radicalisation. Elle buvait par exemple de l'alcool et avait une vie sociale "normale". Elle n'avait donc jamais attiré l'attention des services antiterroristes. Inscrite à la Sorbonne, cette étudiante se serait radicalisée il y a environ 2 ans.

Voir: Projets d'attentats en France, qui sont les deux islamistes interpellés?

Son activité sur Internet a cependant fini par la trahir. Elle aurait en effet cherché via la messagerie cryptée Telegram, prisée des recruteurs et des membres de l'Etat islamique, à se procurer un fusil d'assaut kalachnikov. L'une des dernières pièces nécessaires à l'exécution de son macabre projet à en croire les informations de l'hebdomadaire.

Elle avait en effet déjà rédigé son testament, retrouvé à son domicile d' Épinay-sous-Sénart par les enquêteurs de la DGSI (Direction générale des renseignements intérieurs) auxquels elle n'aurait rien caché de ses opinions et projets.

Aller plus loin: "Califat virtuel", l'EI en retrait sur internet

Elle aurait ainsi déclaré vouloir viser les "lieux festifs" de Rennes, ville choisie en raison d'une présence policière jugée plus faible. Un projet qui, si l'on y ajoute la kalachnikov, rappelle les attentats de Paris le 13 novembre, dont la jeune fille se dirait "fière".

Selon un décompte dévoilé lundi 8 par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, 20 attentats ont été déjoués en France en 2017, soit sept de plus que le chiffre avancé début novembre à la sortie de l'Etat d'urgence. "Il n'y a pas de territoire, aujourd'hui, où on puisse dire que le risque est inexistant", avait déclaré le ministre.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'étudiante a avoué aux enquêteurs de la DGSI avoir voulu perpétrer un attentat à Rennes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-