Attentat des Champs-Elysées: comment Adam Djaziri, fiché S, pouvait-il détenir légalement des armes?

Attentat des Champs-Elysées: comment Adam Djaziri, fiché S, pouvait-il détenir légalement des armes?

Publié le 20/06/2017 à 15:44 - Mise à jour à 16:16
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Adam Djaziri, l'auteur de l'attaque des Champs-Elysées de lundi, disposait d'une autorisation pour détenir des pistolets et des carabines, bien qu'il soit fiché S. Il était armé au moment de l'attentat et un arsenal a été découvert chez lui. Une situation dont "personne ne peut se satisfaire" selon le Premier ministre Edouard Philippe.

Plusieurs armes ont été découvertes dans la voiture d'Adam Djaziri, le terroriste qui a tenté de s'en prendre à des gendarmes lundi 19 sur les Champs-Elysées, et a été tué dans l'opération. Des armes qu'il détenait en toute légalité ont également été trouvées chez lui.

Bien que fichés S 15, soit le deuxième niveau le plus élevé de surveillance, l'homme avait une autorisation de détention d'armes. Selon BFMTV, l'individu possédait notamment un Glock 9mm, un Sig Sauer 9mm (deux pistolet semi-automatiques équipant différentes forces de sécurité à travers le monde) et une carabine de calibre 7.62.

Il est en effet possible de détenir de telles armes à condition d'être majeur, de ne pas avoir de condamnations graves à son actif (meurtre, assassinat, tortures ou actes de barbarie, violences volontaires, viol ou agressions sexuelles, trafic de stupéfiants...), sous certaines conditions de bonne santé psychiatrique, et en étant inscrit dans un club de tir sportif et en s'y rendant effectivement trois fois par an. Des conditions que remplissaient donc Adam Djaziri lorsque cette autorisation lui a été accordée.

Mais la loi impose aussi de "ne pas se signaler par un comportement laissant objectivement craindre une utilisation de l'arme dangereuse pour soi-même ou pour autrui". Une règle qui semble en opposition avec l'inscriptions sur une fiche S. D'où des interrogations sur le croisement des fichiers.

Le Premier ministre Edouard Philippe a reconnu mardi sur RMC/BFMTV que "personne ne pouvait se satisfaire" de cette situation. "Ce que je sais à ce stade, c'est que la première autorisation de détention d'armes a été donnée avant le signalement de cet individu (...) Et au moment où l'autorisation a été donnée il n'y avait aucun antécédent judiciaire qui aurait justifié une décision de ne pas autoriser la détention d'armes", a indiqué Edouard Philippe.

Adam Djaziri était licencié "depuis six ans" à la Fédération française de tir, a indiqué à l'AFP son président Philippe Crochard. "Deux gendarmes étaient venus en octobre 2016 (à son club de tir, NDLR) et avaient posé des questions sur cet individu. Ce n'est pas une procédure habituelle donc je présume qu'ils avaient de bonnes raisons", a-t-il ajouté.

Adam Djaziri était autorisé à détenir des armes de catégories B qui inclut notamment les pistolets et carabines semi-automatique. Il ne s'agit pas d'un permis de "port d'armes" au sens strict puisque leur transport est très encadré. De plus, les armes "de guerre", c'est à dire capable de tirer en rafale, comme les fameuses kalachnikov, appartiennent à la catégorie A et sont totalement interdites.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'autorisation d'acquisition d'armes de catégorie B est interdite en cas de "comportement laissant objectivement craindre une utilisation de l'arme dangereuse".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-