Attentat en Isère: une "vengeance personnelle", selon un expert

Attentat en Isère: une "vengeance personnelle", selon un expert

Publié le 16/09/2015 à 14:39 - Mise à jour à 14:45
©Emmanuel Foudrot/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Yassin Salhi, le terroriste qui avait décapité son patron dans une usine de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), le 26 juin, aurait agi par "vengeance personnelle". C'est en tout cas ce qu'avance le rapport de l'expert-psychiatre nommé par la justice.

L'attentat n'en serait pas un. Si cette conclusion revient à la justice, c'est en tout cas ce qu'avance le professeur Daniel Zagury qui estime dans son rapport d'expertise psychiatrique que Yassin Salhi aurait d'abord agi "dans un mouvement de vengeance personnelle" lorsqu'il a décapité son patron à Saint-Quentin-Fallavier, le 26 juin dernier. Le document, auquel a pu avoir accès RTL, souligne également "l'explosivité émotionnelle" du suspect, mais tout en le jugeant pleinement responsable de ses actes.

"Son geste serait celui d'un timoré, d'un employé solitaire, susceptible et peu assuré, qui a accumulé les tensions et se sentait humilié par ses supérieurs", détaille le rapport, remettant ainsi en cause la thèse d'une action terroriste islamiste. Le terrible geste de Salhi, 35 ans et père de trois enfants, serait ainsi dû à une "explosivité personnelle" qui s'est manifestée précisément, et brutalement, ce 26 juin.

L'expert n'écarte toutefois pas explicitement les motivations terroristes du tueur de Saint-Quentin-Fallavier. Ainsi, son crime aurait bien été inspiré de la "martyrologie radicale islamiste" et destiné à marquer les esprits, soit la définition d'un attentat. De plus, le professeur Zagury estime que Yassin Salhi a ainsi voulu "laisser de lui une trace perçue comme héroïque", avant de tempérer: "son niveau d'implication dans ce registre terroriste devra être précisé". Le psychiatre réclame aussi des examens psychiatriques complémentaires.

Une chose est toutefois clairement établie dans le rapport: le suspect est pleinement responsable de ses actes. Ne présentant ni anomalie mentale, ni antécédents psychiatriques, Yassin Salhi peut ainsi être jugé, conclu Daniel Zagury.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Yassin Shali, 35 ans, est père de trois enfants.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-