Attentat à Nice: des victimes du 13 novembre "ont perdu des proches"

Attentat à Nice: des victimes du 13 novembre "ont perdu des proches"

Publié le 15/07/2016 à 16:18
©Sophie Benoist/FranceSoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'attentat de Nice renvoie les victimes du 13 novembre 2015 à la nuit de cauchemar qu'ils ont vécu. Et le drame ne semble pas vouloir s'arrêter: selon une association regroupant des personnes touchées par les attaques de 2015, plusieurs membres ont perdu des proches, fauchés par le camion conduit par le terroriste.

"C'est un peu une confirmation de l'horreur". Huit mois après les attentats de Paris et Saint-Denis, certaines victimes du 13 novembre "ont perdu des proches" sur la Promenade des Anglais dans l'attaque de jeudi, confie Caroline Langlade, la vice-présidente de l'association Life for Paris.

"On est solidaires. On va essayer d'être à la hauteur pour aider" les victimes de Nice, lance cette ancienne otage du Bataclan.

L'attentat de jeudi a renvoyé la jeune femme vers ce passé récent si douloureux: "Ce qu'on craignait est arrivé". Une nouvelle tuerie de masse.

Dans son association, qui compte 700 membres, certaines victimes savent déjà qu'elles "ont perdu des proches" sur la Promenade des Anglais, raconte-t-elle.

Caroline Langlade, après avoir dormi deux courtes heures, pense à elles, comme aux auteurs des attaques, et ne masque pas sa "colère".

"Ca me désespère aussi de me dire que ce sont des gens qui arrivent à un tel point de détestation de la vie qu'ils finissent la leur comme ça", en tuant d'autres personnes, remarque-t-elle.

"Chaque attaque, où qu'elle se produise, à Bagdad, Bruxelles ou Nice, réveille les mêmes souvenirs", confie Georges Salines, le président de l'association "13 novembre: fraternité et vérité", qui a perdu sa fille au Bataclan.

"La première chose à laquelle j'ai pensé, c'est aux gens qui recherchaient leurs proches", poursuit-il. En novembre, cette étape s'était révélée particulièrement ardue, avec des numéros d'urgence saturés et des annonces de décès parfois abruptes.

"Là, ça se passe beaucoup mieux", affirme Stéphane Gicquel, le secrétaire général de la Fenvac (la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs). Une cellule dotée d'un standard fourni s'est ouverte vers 1H30 du matin, qui est venue en aide à environ 2.500 personnes à la mi-journée.

Si l'accueil des victimes s'est amélioré, Caroline Langlade déplore toutefois que l'unité politique en vigueur en novembre ait explosé ce vendredi, l'opposition ne ménageant pas l'exécutif.

"Est-ce que les gens pourraient juste se taire et laisser un temps de battement aux victimes?", s'interroge-t-elle. Et d'asséner : Face à des "fous isolés", comme Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l'assaillant de Nice, "nous nous trompons d'ennemi. Ce n'est quand même pas Hollande qui est monté dans le camion."

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Certaines personnes ayant vécu les attentats de Paris ont perdu des proches à Nice.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-