Attentat à Nice: le "caractère terroriste ne peut être nié" affirme François Hollande

Attentat à Nice: le "caractère terroriste ne peut être nié" affirme François Hollande

Publié le 15/07/2016 à 08:48 - Mise à jour à 11:28
©TF1/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Dans une allocution prononcée dans la nuit de jeudi à vendredi, François Hollande a confirmé qu'il s'agissait d'une attaque terroriste, bien qu'aucune revendication n'a été rendue publique. L'état d'urgence, qui devait s'arrêter dans deux semaines, va être prolongé de trois mois.

Quelques heures après avoir annoncé, lors de la traditionnelle interview du 14 juillet, que l’état d’urgence s’achèverait le 26 juillet prochain, c’est un tout autre François Hollande qui a pris la parole dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15, peu avant 4 heures.

Malgré l’absence de revendication, François Hollande annonce sans détour que le "caractère terroriste ne peut être nié" dans cette attaque. Notamment le choix de la date d’une telle action, le 14 juillet "symbole de la liberté. Parce que les droits de l'Homme sont niés par les fanatiques, la France est forcément leur cible".

François Hollande, qui annonçait encore en début d’après-midi un relâchement dans l’opération Sentinelle, qui devait passer de 10.000 à 7.000 hommes a fait dans son allocution des annonces de toute autre nature: "J'ai décidé de faire appel à la réserve opérationnelle, c'est-à-dire à tous ceux qui ont, à un moment, été sous les drapeaux ou ont été dans les effectifs de la gerndarmerie pour venir soulager les effectifs de policiers et de gendarmes. Nous pourrons les déployer sur tous les lieux où nous avons besoin d'eux, et en particulier pour le contrôle des frontières", a annoncé le président de la République qui souhaite "réhausser encore notre niveau de protection", à savoir "maintenir à un haut niveau l'opération Sentinelle, celle qui permet de mobiliser 10.000 militaires en plus des gendarmes et des policiers". Les projets de l’interview présidentielle sont déjà balayés.

Quant à "l’état d’urgence qui devait prendre fin le 26 juillet" il "sera prolongé de trois mois (…) Un projet de loi sera soumis au Parlement d’ici la semaine prochaine".

François Hollande pointe également du doigt, là encore sans qu’aucune revendication n’ait été rendue publique, une probable action islamiste. "Rien ne nous fera céder dans notre volonté de lutter contre le terrorisme (…) Nous continuerons à frapper ceux qui, justement, nous attaquent sur notre propre sol, dans leur repaire", affirme-t-il en annonçant une intensification des frappes française contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie.

Un conseil de défense se tiendra ce vendredi 15 au matin à l'Elysée pour examiner l'ensemble des mesures annoncées. François Hollande se rendra ensuite à Nice. Il assure que la France, même si "elle est éplorée, est forte et sera toujours plus forte que les fanatiques qui veulent aujourd'hui la frapper".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Nous continuerons à frapper ceux qui, justement, nous attaquent sur notre propre sol" annonce François Hollande.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-