Attentat des Champs-Elysées: le chef de l'équipage de police témoigne

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Attentat des Champs-Elysées: le chef de l'équipage de police témoigne

Publié le 24/04/2017 à 16:09 - Mise à jour à 16:25
© Ludovic MARIN / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Quatre policiers présents jeudi soir lors de l'attentat sur les Champs-Elysées ont été reçus ce lundi matin par le ministère de l'Intérieur. Le chef de l'équipage de police a accepté de témoigner pour "Le Parisien" et a rendu hommage à Xavier Jugelé, son collègue décédé.

Ce lundi matin vers 11h30, le ministère de l'Intérieur a accueilli quatre brigadiers de la 32e compagnie d'intervention de la Préfecture de police de Paris, rapporte Le Parisien. Ces policiers présents sur les Champs-Elysées jeudi 20, lors de l'attentat dans lequel est décédé Xavier Jugelé, ont rencontré Matthias Fekl le ministre de l’Intérieur, Jean-Marc Falcone le directeur général de la Police nationale et Michel Delpuech, le Préfet de police de Paris.

Le chef de l'équipage a accepté de revenir sur ce qui s'est passé le soir de l'attaque terroriste. Cet homme de 44 ans a vu son collègue Xavier Jugelé, au volant du car, se faire abattre de deux balles dans la tête par le terroriste. Il a ensuite lui-même riposté et tué l'assaillant.

Le terroriste "s’est présenté face au conducteur, ne lui laissant aucune chance. J’espère que Xavier n’a pas souffert", a commencé par dire le brigadier. "Puis l’assaillant a fait le tour du véhicule et ouvert directement le feu de nouveau sur nous. J’avais donné l’ordre à chacun de sortir. Si on avait été à l’intérieur, on serait tous morts. Le terroriste a pensé que nous étions plus haut sur l’avenue. Pour ma part, j’ai vidé mon chargeur" a-t-il expliqué.

Fort de plusieurs stages avec le Raid, ce témoin a déjà était confronté aux risques du métier. Lors des manifestations contre la loi Travail en juin 2016, il a été sérieusement brûlé alors qu'il intervenait avec sa compagnie.

Malgré le traumatisme vécu jeudi soir, il a affirmé être toujours disposé à remplir sa mission: "nous vivons un moment charnière, une période très instable sur le plan international. Mais nous sommes toujours là pour protéger et servir cette France qu’on aime".

Le brigadier a rendu hommage à son collègue décédé: "ne vous y trompez pas, on va repartir sur le terrain. Sans jamais oublier Xavier. Sa mémoire vivra à travers nous. Les terroristes n’atteindront pas notre moral. Vous savez, policier, c’est plus qu’un métier, c’est une véritable vocation. Nous sommes là pour protéger et faire en sorte que les gens puissent vivre en paix. Chacun d’entre nous représente une petite brique du rempart édifié face au terrorisme", a t-il assuré.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le chef de brigade, a accepté de revenir sur ce qui s'est passé le soir du drame. Cet homme de 44 ans a vu son collègue Xavier Jugelé, au volant du car, se faire abattre de deux balles de Kalachnikov dans la tête par le terroriste.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-