Attentats de Paris: Abdeslam auditionné par les juges français pour la première fois ce vendredi

Attentats de Paris: Abdeslam auditionné par les juges français pour la première fois ce vendredi

Publié le 20/05/2016 à 06:36 - Mise à jour à 11:17
©DSK/Police nationale/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Six mois après les attentats de Paris, Salah Abdeslam peut-il dissiper des zones d'ombre? Le seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre doit être entendu ce vendredi par les juges d'instruction à Paris, un premier interrogatoire très attendu pour la suite de l'enquête.

Six mois après les attentats de Paris, Salah Abdeslam peut-il dissiper des zones d'ombre? Le seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre devait être entendu ce vendredi 20 par les juges d'instruction à Paris, un premier interrogatoire très attendu pour la suite de l'enquête.

Le petit caïd radicalisé devenu le fugitif le plus recherché d'Europe jusqu'à son arrestation le 18 mars à Bruxelles a été extrait au petit matin de sa cellule de Fleury-Mérogis, au sud de Paris, où il est incarcéré à l'isolement.

Son convoi, escorté par le GIGN, l'unité d'élite de la gendarmerie, et suivi notamment par un hélicoptère, est arrivé au palais de justice, au cœur de la capitale, peu avant 7h15.

L'un de ses avocats, Frank Berton, est monté vers 9h15 vers les bureaux des juges, sans faire de commentaire.

Salah Abdeslam doit être entendu toute la journée par les magistrats qui l'avaient mis en examen, notamment pour assassinats terroristes, le 27 avril, lors de sa remise par la Belgique à la France. D'autres auditions suivront.

Arrêté à Molenbeek, son quartier, après plus de quatre mois de cavale, Salah Abdeslam est le seul protagoniste direct des attentats entre les mains de la justice française. Au cœur de la cellule, au soir des tueries et bien avant, il apparaît comme un acteur central de l'expédition meurtrière du 13 novembre qui a fait 130 morts et des centaines de blessés.

Abdeslam est celui qui a déposé les trois kamikazes du Stade de France avant d'être exfiltré vers la Belgique. Avant, c'est lui qui a loué des véhicules et des planques en région parisienne. Dans les mois qui précèdent, il a multiplié les voyages pour convoyer des membres du réseau à travers l'Europe, notamment Najim Laachraoui, possible artificier du 13 novembre mort en kamikaze lors des attentats du 22 mars qui ont fait 32 morts à Bruxelles.

Ami d'Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques et tueur des terrasses, il a probablement partagé de nombreux secrets avec lui.

De par son rôle, Abdeslam, qui a "envie de s'expliquer" d'après Me Berton, peut donc en théorie livrer des informations cruciales sur la conception du projet djihadiste, ses commanditaires et d'éventuels complices encore dans la nature. Il peut aussi aider à démêler les liens entre les attentats de Paris et de Bruxelles, fomentés par la même cellule de Daech.

Mais jusqu'à quel point? Les déclarations de Sven Mary, l'avocat d'Abdeslam en Belgique, le décrivant comme un "petit con" à "l'intelligence d'un cendrier vide", "plutôt un suiveur qu'un meneur", laissent présager qu'il cherchera peut-être à minimiser son rôle, comme il semble l'avoir fait devant les enquêteurs belges, en assurant avoir fait "machine arrière" alors qu'il aurait dû mourir en kamikaze au Stade de France.

Abdeslam s'était alors présenté comme un pion aux ordres de son frère Brahim et d'Abaaoud, tous les deux morts. Désignant ce dernier comme le "responsable" des tueries, il avait affirmé ne l'avoir vu qu'une fois alors qu'ils ont été compagnons de délinquance à Molenbeek.

"Il ne faut surtout pas être suspendu à ses lèvres" et attendre des "révélations sensationnelles", prévient Gérard Chemla, avocat de victimes des attentats, d'autant que "les investigations sont allées déjà très loin".

Dans cette enquête tentaculaire, plus d'une vingtaine de personnes ont été mises en examen ou inculpées, principalement en Belgique. La justice française a d'ailleurs demandé la remise de quatre autres suspects inculpés à Bruxelles, dont trois soupçonnés d'avoir aidé Abdeslam dans sa fuite, a appris l'AFP jeudi 19.

Dans l'enquête parallèle sur les attentats de Bruxelles, le parquet fédéral belge a annoncé que deux reconstitutions avaient été effectuées jeudi dans la capitale belge en présence du suspect-clé Mohamed Abrini.

Malgré ces avancées, des zones d'ombres persistent. Coordination, choix des cibles, failles du renseignement: les centaines de parties civiles attendent des réponses des magistrats français qui les réuniront pour la première fois du 24 au 26 mai à Paris.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Salah Abdeslam est entendu ce vendredi par les juges d'instruction à Paris, un premier interrogatoire très attendu pour la suite de l'enquête.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-