Aubervilliers: trois hommes en garde à vue après la mort de Chaolin Zhang

Aubervilliers: trois hommes en garde à vue après la mort de Chaolin Zhang

Publié le 29/08/2016 à 17:57 - Mise à jour à 18:12
©Mic/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Trois hommes suspectés d'avoir agressé Chaolin Zhang, un couturier chinois mort des suites de ses blessures début août, ont été interpellés et placés en garde à vue à Aubervilliers ce lundi. Cette attaque avait provoqué l'émoi de la communauté chinoise, très présente dans la ville.

L'enquête sur l'agression de Chaolin Zhang, mort des suites de ses blessures, avance. Ce lundi, trois hommes soupçonnés d'avoir attaqué ce couturier de 49 ans ont été interpellés à Aubervilliers.

A 6h du matin, une quarantaine de policiers ont investi une cité de la rue la République et un immeuble à Bobigny. Les trois hommes, âgés de 15 à 19 ans, ont été placés en garde à vue dans les locaux de la sureté départementale, chargée de l'enquête. Ils ont été confondus par des images de vidéosurveillance, dont l'exploitation n'a été possible que vendredi 26.

Ils avaient agressé Zhang Chaolin à visage découvert le 7 août vers 18h à Aubervilliers pour voler le sac de l'ami avec qui il se promenait. Le malheureux est décédé le 12 août des suites de ses blessures. Une information judiciaire a été ouverte quelques jours après pour vol avec violences ayant entraîné la mort. Son décès a soulevé l'indignation de la communauté chinoise, très présente à Aubervilliers. Le 21 août, près de 2.000 personnes d'origine chinoise ont manifesté dans la commune pour protester contre les violences à répétition à leur encontre et réclamer des mesures de sécurité renforcées. Car depuis la fin de l'année 2015, les Asiatiques sont la cible privilégiée des voleurs et, dans la majorité des cas, ne portent pas plainte. Souvent car ils ne maîtrisent pas très bien le français.

Ce lundi, suite aux interpellations, le maire communiste d'Aubervilliers, a demandé que l'"égalité républicaine" soit respectée dans le département, avec un nombre de policiers nationaux concordant avec le nombre d'habitants. Alors que sa commune compte actuellement 150 agents, il en voudrait 300, au minimum. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




A 6h du matin, une quarantaine de policiers ont investi une cité de la rue la République et un immeuble à Bobigny.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-