Aubervilliers: un banquier vole 400.000 euros à sa cliente de 89 ans qu'il juge raciste

Aubervilliers: un banquier vole 400.000 euros à sa cliente de 89 ans qu'il juge raciste

Publié le 26/06/2017 à 09:49 - Mise à jour à 10:15
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un conseiller financier de la banque LCL d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, aurait détourné près de 400.000 euros du compte d'une octogénaire durant plus d'un an. Il aurait agi pour dénoncer ses conditions de travail et le racisme de sa cliente. Le jugement aura lieu le 21 août.

L'employé agissait depuis plus d'un an. C'est le directeur de l'agence d'Aubervilliers en Seine-Saint-Denis, alerté par le changement d'adresse de la cliente, qui a découvert l'escroquerie. "Cette cliente n'avait, en réalité, jamais changé d'adresse. Cette nouvelle domiciliation correspondait à un appartement acheté avec ses économies par son conseiller financier. Il en a acheté un second a Bagnolet", explique une source proche du dossier au Point. Les deux biens immobiliers vont être saisis.

Au total, l'employé malhonnête aurait détourné près de 400.000 euros du compte épargne de la femme de 89 ans en achetant du matériel informatique et des vêtements de luxe sur internet. Mais il a également entièrement rééquipé son logement et acheté quatre lingots d'or pour 40.000 euros. Pour passer inaperçu, il se serait fait plusieurs cartes bancaires puis a effectué des virements sur un compte qu'il avait créé au nom de sa cliente.

Pour justifier ces faits, son avocat, maître Manuel Abitbol, a indiqué devant le tribunal que son client avait craqué face à,"une surcharge de travail, le fait qu'il ne se sentait pas considéré par sa hiérarchie et les propos racistes et islamophobes tenus selon lui par sa cliente, alors que lui et sa famille sont musulmans".

Déféré devant le parquet vendredi 23, l'accusé a été placé sous contrôle judiciaire en attendant d'être jugé le 21 août pour escroquerie, blanchiment et abus de confiance."Mon client n'est pas un délinquant d'habitude. Son casier est vierge. Il a reconnu immédiatement l'intégralité des faits qui lui sont reprochés. C'est pour toutes ces raisons que j'ai obtenu son placement sous contrôle judiciaire", soutient l'avocat du suspect.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un conseiller bancaire a reconnu avoir détourné 400.000 euros de l'assurance-vie de sa cliente de 89 ans.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-