Aulnay-sous-Bois: la famille de Théo accusée d'avoir détourné près de 680.000 euros de fonds publics

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 23 février 2017 - 20:47
Image
Théo entouré de sa mère et de l'une de ses soeurs.
Crédits
©Capture d'écran Facebook
La famille de Théo est au coeur d'un affaire de détournement de fonds publics.
©Capture d'écran Facebook
La famille proche de Théo, le jeune homme qui aurait été violé par un policier début février, et plus particulièrement son frère, est suspectée d'avoir détourné près de 680.000 euros de subventions publiques par le biais d'une association. Théo lui même aurait perçu plus de 50.000 euros.

Comme le souligne Le Parisien qui révèle l'affaire, cette dernière "embarrasse les autorités, et ce jusqu’au plus haut sommet de l’Etat". Une enquête visant la famille du jeune Théo Luhaka, victime présumée de violences graves par un policier lors d'une interpellation le 2 février dernier, a été ouverte par le parquet de Bobigny pour "suspicion d’abus de confiance et escroquerie". Cette dernière remonte à juin dernier soit bien avant le viol présumé dont a été victime le jeune homme.

L'enquête fait suite à un contrôle de l’Inspection du travail d’Ile de France mené en 2015 concernant l’association Aulnay Events, dont l'objectif était de lutter contre la violence dans le département, et qui est présidée par Michaël Luhaka, l’un des frères de Théo.

L’association, créée en novembre 2013, dont l’objectif est de proposer des activités pour les habitants de la ville, aurait perçu entre 2014 et 2016, 678.000 euros de subventions par le biais des contrats aidés, assure le quotidien. Elle aurait embauché 30 salariés. Lors du contrôle de l’Inspection du Travail aucun élément matériel probant n’a pu être produit par les dirigeants de l’association pour étayer la réalité ces emplois. Toujours selon Le Parisien, plus de 350.000 euros de cotisation sociales, notamment URSAFF, n’auraient pas été réglées. Suite au contrôle, ladite association a été dissoute, ce qui a provoqué un signalement en avril 2016 de l’Inspection du Travail auprès du procureur de la République de Bobigny.

Les premières investigations des policiers du SPPJ 93 ont montré que huit membres de la famille de Théo, ont perçu quelque 170.000 euros par virement, dont 52.000 pour le seul compte de Théo. Interrogé par Le Parisien, le frère de ce dernier a indiqué "avoir recruté en CDI plus d’une trentaine de salariés, dont les membres de sa famille".

À LIRE AUSSI

Image
Des policiers à Aulnay-Sous-Bois le 6 février 2017.
Affaire Théo: neuf lycéens en garde à vue après des échauffourées
Neuf lycéens ont été placés en garde à vue mercredi après des incidents survenus lors d'un rassemblement contre les violences policières devant un lycée de Clichy (Hau...
23 février 2017 - 00:00
Société
Image
Brigade anticriminalité.
Aulnay-sous-Bois: Djamel, violenté par des policiers trois jours avant Théo
Les scandales et accusations de violences policières se suivent, toujours avec Aulnay-sous-Bois comme théâtre. Un animateur de 34 ans affirme dans "Libération" avoir é...
22 février 2017 - 13:42
Société
Image
La police.
Val-d'Oise: un adolescent invente une agression inspirée de l'affaire Théo
Un adolescent de 14 ans a déclaré vendredi avoir été agressé par plusieurs policiers à Argenteuil dans le Val-d'Oise. Mais il a par la suite avoué que ses déclarations...
21 février 2017 - 13:02
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don