Aulnay-sous-Bois: la justice protège les citoyens, assure Hollande

Aulnay-sous-Bois: la justice protège les citoyens, assure Hollande

Publié le 07/02/2017 à 13:29 - Mise à jour à 13:30
©Thierry Charlier/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Après l'interpellation musclée de Théo jeudi dernier, trois policiers ont été mis en examen pour violences volontaires en réunion. L'agent auteur du coup de matraque dans l'anus du jeune homme a lui été mis en examen pour viol. Ce mardi matin, François Hollande a assuré que la justice jouerait son rôle protecteur.

François Hollande a souligné ce mardi 7 le rôle protecteur de la justice pour les citoyens "y compris" lorsqu'un "agent des forces de l'ordre" est impliqué, dans une allusion aux poursuites engagées contre quatre policiers d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

"La justice (...) est garante des libertés et les citoyens doivent comprendre que c'est le juge qui les protège", a souligné le chef de l'Etat lors de l'inauguration d'un "service d'accueil unique du justiciable" au tribunal de Pontoise.

"Le juge prend la décision, y compris pour ouvrir une information judiciaire et pour qualifier les faits qui permettent au citoyen de savoir qu'il sera protégé si ses droits ont été bafoués, si son intégrité physique a été mise en cause, y compris par un agent des forces de l'ordre", a-t-il a enchaîné.

Un policier a été mis en examen pour viol et trois autres pour violences volontaires en réunion après une interpellation jeudi 2 au cours de laquelle un jeune homme de 22 ans a été gravement blessé à coups de matraque au niveau de la zone rectale. Toujours hospitalisé lundi 6, Théo s'est vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT). Cette affaire a suscité une vive émotion et provoqué plusieurs nuits d'incidents dans son quartier.

Le parquet de Bobigny avait ouvert initialement une information judiciaire pour "violences" mais le juge d'instruction chargé de l'enquête a, in fine, décidé de poursuivre l'auteur présumé des coups de matraque télescopique pour "viol".

François Hollande qui s'était brouillé avec le monde judiciaire après avoir évoqué la "lâcheté" de la magistrature, selon des propos rapportés dans un livre des journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme, a rappelé aussi qu'il était "le garant de l'indépendance de la justice".

"J'y veille particulièrement", a-t-il insisté devant un parterre de magistrats et de fonctionnaires, assurant que "dans toutes les affaires, il n'y a pas d'intervention du pouvoir politique" et que "ce temps là est terminé et ne reviendra jamais parce que nous avons besoin d'une justice indépendante et sereine".

Des propos qui prennent une résonance particulière alors que le candidat de la droite à l'élection présidentielle François Fillon, a accusé le "pouvoir" d'avoir lancé les accusations d'emplois présumés fictifs qui ont déclenché l'ouverture d'une enquête préliminaire du parquet national financier.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




François Hollande a assuré ce mardi matin que "le pouvoir politique" n’interférerait plus avec "la justice". "Ce temps-là est terminé, et ne reviendra jamais parce que nous avons besoin d'une justice indépendante et sereine".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-